parution 03 juin 2020  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Historique

Les Naufragés de la méduse

La naissance d’une œuvre picturale majeure. La source d’inspiration de Géricault : le naufrage d’une frégate, la Méduse. Entre tempêtes et coups de pinceaux, une bande dessinée frissonnante de réalisme qui nous emporte dans les méandres de l’humanité.


Les Naufragés de la méduse, bd chez Casterman de Deveney, Bordas
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2020

L'histoire :

Paris 1817. Le peintre Théodore Géricault revient sous la grisaille parisienne après un voyage en Italie. Il a trouvé le thème sur lequel il va travailler : le naufrage d’une frégate de la Marine Royale, partie en 1816 pour coloniser le Sénégal. Il s’est déjà procuré deux témoignages sur la violence, la folie, l’espoir ressenti par les survivants, et poursuit ses recherches sur l’expédition en souhaitant consulter les minutes du procès du commandant Chaumareys, jugé seul responsable de l’échouage de la Méduse, sur un banc de sable bien connu des cartographes. Un an auparavant… en 1816, l’embarquement sur la Méduse se prépare, direction l’Afrique, une terre à découvrir, un continent restant majoritairement à explorer. La traversée doit durer entre dix et quinze jours, dans des conditions sommaires. Ainsi, l’expédition composée de quatre frégates, l’Echo, l’Argus, la Loire et la Méduse, prend le large, malgré les vents qui tournent. Premier drame à bord : un homme tombe à la mer. L’équipage ne le retrouvera pas, malgré les manœuvres entreprises. Le rivage et les brisants sont proches, la zone est truffée de hauts-fonds. Il faut changer de cap…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Les fils de la courte vie de Théodore Géricault se mêlent à ceux de l’échouage de la Méduse et ses survivants pour tresser une bonne bande dessinée, à la fois historique et culturelle. Le rythme de lecture est équilibré : les auteurs alternent les moments de créativité du peintre avec la solitude des naufragés. Nous observons, d’une part, le minutieux travail de recherche de l’artiste, ses travaux préparatoires et enfin la réalisation de mon œuvre majeure dans la souffrance et les tourments personnels. D'autre part, nous sommes aussi mis face au désespoir des marins naufragés sur un radeau de fortune, envahis par la faim, la douleur, la violence de se retrouver seuls au milieu de l’océan hostile, à quelques lieux de la terre ferme… Ce qui deviendra le tristement et magnifiquement célèbre tableau : Le radeau de la Méduse. Contrairement à Géricault, Bordas choisira un graphisme léger, aux couleurs aquarellées, donnant ainsi une certaine élégance à l’époque et une transparence à ces corps décharnés tout au long de leur errance. A noter également, la dimension politique de l’époque retranscrite, par l’opposition de la Monarchie avec l’Empire, qui aura un impact sur le message délivré par Géricault. « Nous sommes une seule humanité et le radeau est là pour témoigner de toutes ses souffrances ».

voir la fiche officielle ISBN 9782203132429