parution 01 avril 2007  éditeur Casterman  collection Ligne rouge
 Public ado / adulte  Thème Policier, Historique

Mysteries T2

Seule contre la loi - Seconde partie

Une dame de la bonne société londonienne tente d'établir l'innocence de son époux concernant la mort de sa précédente épouse. Conclusion d'un subtil suspens, dans une élégante ambiance victorienne...


 Mysteries T2 : Seule contre la loi - Seconde partie (0), bd chez Casterman de Seiter, Wagner
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2007

L'histoire :

Londres, 1875. A peine mariée à Eustace Woodville, un homme avenant et de bonne réputation, la distinguée Valeria tombe de haut. Elle apprend tout d’abord que son nom de femme mariée est un nom d’emprunt, car son mari est toujours suspect numéro 1 dans le meurtre de Sara, sa précédente épouse ! Jugé, puis acquitté, faute de preuve probante, Eustace Macallan aurait empoisonné Sara à l’Arsenic il y a quelques années, pour pouvoir vivre une idylle avec sa cousine. Intimement persuadée de l’innocence de son mari, Valeria décide de mener sa propre enquête et de parvenir à sa réhabilitation, faisant fi des conseils de son entourage. Bouleversé par la tournure que prennent les évènements, Eustace part se faire oublier, en s’engageant comme infirmier dans la guerre d’Espagne. Valeria décide alors de rendre visite à Miserrimus Dexter, un ami infirme de son époux. Ce dernier était présent dans le manoir écossais où succomba Sara, et témoin de la défense lors du procès qui suivit. Mme Macallan-mère accompagne sa belle-fille dans cette entreprise, car selon ses dires, Dexter est complètement fou. Une fois sur place, Valeria prend effectivement la mesure de la démence du personnage, capable de passer en un instant d’une attitude charmante à l’aliénation la plus violente. Opiniâtre malgré ses comportements indécents, Valeria tente néanmoins avec son « aide », d’établir l’hypothèse selon laquelle la meurtrière de Sara est la cousine d’Eustace…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le scénariste Roger Seiter poursuit et conclue ici l’adaptation du roman victorien Seule contre la loi (de Wilkie Colins), mettant en scène l’une des premières femmes détectives de la littérature. Mue par son indéfectible amour pour son époux, la distinguée Valéria reprend donc ses investigations là où elle les avait laissées : en questionnant Dexter le fou. Longuement, patiemment, durant toute une première moitié d’album, l’héroïne tente d’en apprendre de ce côté-là… pour finalement ne pas avancer beaucoup. Pourtant, petit à petit, le puzzle se reconstitue au rythme du flegme so british. La soif de révélations du lecteur sera assurément étanchée. Dense, le suspens alterne les vrais indices et les fausses pistes, et captera toute votre attention. N’attendez pas de coup de théâtre à la Conan Doyle : la résolution de l’enquête est tout ce qu’il y a de plus logique. La courtoisie des mœurs de l’ère victorienne en façonnent tout le mécanisme. Et c’est encore sur ce point que le diptyque est le plus réjouissant : les dialogues sont particulièrement soignés et le décorum mis en place par Vincent Wagner est tout aussi élégant. Son trait fin et rigoureux sert impeccablement l’époque, des belles tenues aux demeures de caractère. Seule, peut-être, la colorisation s’oriente-t-elle vers des choix chromatiques comme surexposés – mais toujours sobres – en léger décalage avec le premier tome. Au final, cette chouette petite enquête policière en 2 tomes, dont le classicisme n’a d’égal que l’efficacité, ne manquera pas de combler les amateurs du genre.

voir la fiche officielle ISBN 9782203392526