parution 08 janvier 2020  éditeur Delcourt  Public ado / adulte  Thème Heroic-fantasy

Donjon antipodes

L'Armée du crâne

Un chien orc qui pleure son compagnon perdu et un chien elfe bavard font équipe dans un monde dominé par les créatures bipèdes qui se font des guerres incessantes. Un nouveau Donjon déroutant.


Donjon antipodes : L'Armée du crâne (0), bd chez Delcourt de Trondheim, Sfar, Panaccione, Walter
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2020

L'histoire :

Alors que les orques montent à l’assaut contre une marée d’elfes, un assaillant commente le combat… jusqu’à la mort de son maître. Le chien de combat, costaud et court sur pattes, erre lamentablement sur le champ de batailles pour retrouver le corps inanimé de son maître. En vain. Il est recueilli par un ogre nettoyeur qui ramasse tout ce qui n’est pas encore mort dans un grand panier. Au milieu des orques et des chiens mortellement blessés, un petit chien d’elfe à nœud rose lui propose de partir ensemble. Mais le chien orque est furieux et veut tuer l’autre. Ils s’enfuient tous deux du panier et sont rattrapés par un orque cuisinier qui les met dans un chenil en attente, soit d’être mangés, soit d’être réaffectés, soit de se battre dans l’arène. C’est ce qui va arriver pour les deux orphelins de maîtres. Mais au moment où le chien d’orque a décidé de se laisser mourir dans l’arène, le chien d’elfe lui assure qu’il pourrait retrouver son maître dans le charnier, grâce à la magie elfe. Revigoré, le chien d’orque croque le dernier combattant de l’arène et fait semblant de tuer le petit. Les deux nouveaux amis arrivent alors à sortir de l’arène et à s’enfuir.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Pour fêter la nouvelle année et ce nombre comme un hoquet, Lewis Trondheim et Joann Sfar ont décidé de nous remettre le couvert avec la série des Donjon ! Ils avaient annoncé sept nouveaux albums, dont cinq seraient déjà écrits… et donc deux viennent de sortir : le Donjon Zénith n°7 avec Boulet à l’illustration, et cet Antipodes -10000 dessiné par Grégory Panaccione. Nouvelle série se passant bien avant l’époque du Donjon, elle aura comme pendant une autre série qui se passera des siècles après et dont le premier tome, Rubeus Khan, sortira en juin. L’armée du crâne est réellement aux antipodes de la série Donjon. Les deux héros sont des chiens, qui ne peuvent pas communiquer avec les personnages qu’ils rencontrent. On voit mal le lien avec le donjon, puisqu’on a affaire ici à un univers d’heroïc-fantasy tout ce qu’il y a de plus normal (haha, paradoxe) avec des humains, des orques, des elfes, etc. Les deux chiens sont perdus au milieu des guerres incessantes, mais créent un lien d’amitié qui était très loin d’être évident au départ. Dans un monde où ils ne sont rien, ils se sont donné une quête dérisoire (retrouver le corps décapité du maître orque) qui les conduira à l’émancipation. Ils font des rencontres bizarres… Le scénario est assez efficace et se déroule sans accroc. Bien sûr, on est un peu frustré par la disparition rapide de tous les personnages, sans que l’on puisse avoir le temps de s’y attacher, ou de vraiment les détester. Enfin il est assez verbeux, ce qui peut quelquefois (rarement) être le défaut des deux boss. Il faut bien qu’ils en aient eux aussi, les bougres. Bref, malgré un trait clair et agréable de Greg Panaccione, ce Donjon Antipodes déroute un peu le lecteur qui se demande comment diable les auteurs vont réussir à faire un lien entre cette histoire et leur bicoque millénaire… Peut-être était-ce le but ?

voir la fiche officielle ISBN 9782413016854