parution 11 juin 2009  éditeur Des ronds dans l'O  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Pas à pas

A l'écoute du silence

Un célèbre auteur de bandes dessinées s’isole un temps au calme d’un recoin de Bretagne. Il y fait la rencontre d’une jeune femme aveugle avec qui il noue une étroite relation. Chronique d’un instantané de vie, emprunt de sérénité comme d’envie.


Pas à pas : A l'écoute du silence (0), bd chez Des ronds dans l'O de Dohollau
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Des ronds dans l'O édition 2009

L'histoire :

Pierre Ubik, le célèbre dessinateur de bandes dessinées de science fiction, aurait quitté la capitale pour s’installer en Provence. Ainsi l’annoncent en tout cas les journaux. Tranquillement installé en un recoin de Bretagne, l’artiste savoure : il va enfin avoir la paix ! L’endroit est en effet paisible, presque endormi. A deux pas de la mer, Pierre Ubik a loué une grande maison au calme, idéale pour ses travaux de création. Un petit bourg baigné dans la grisaille, avec sa cale fréquentée encore par quelques bateaux de pêche. Sur une hauteur, un bon dieu prie pour ceux qui sont partis et partiront. Le temps semble s’écouler différemment. Au détour d’une ballade, Pierre rencontre François qui le reconnaît. François est, de même, venu trouver un peu de quiétude. Il l’invite à une fête donnée à la salle municipale. Pierre y fait la connaissance des sommités du coin. Une femme l’interroge sur l’une des ses réalisations. Une discussion s’engage sur un ton sarcastique. Pierre lui fait remarquer que si elle ôtait ses lunettes noires, elle y verrait plus clair. La bourde ! Il apprendra peu après que la jeune femme est aveugle. Elle a perdu la vue, ainsi que son fils et son mari, lors d’un accident de voiture, il y a cinq ans. Il est trop tard pour se rattraper, Lucie – ainsi se prénomme-t-elle – est partie (…). Une quinzaine plus tard, Pierre aperçoit Lucie avançant, canne blanche à la main, sur le trottoir d’en face. L’homme saisit sa chance : il propose à Lucie de sortir un soir pour se faire pardonner de sa maladresse. Etonnement, elle suggère un cinéma…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

De nos jours, dans la jungle de l’édition bande dessinée, heureux celui (ou celle) qui sait se montrer curieux et ouvert d’esprit. Les éditions Des ronds dans l’O publie ce mois-ci le roman graphique de Tanguy Dohollau, Pas à pas, une œuvre singulière à plus d’un titre. L’histoire raconte la retraite de quelques mois d’un auteur de bande dessinée couru, en un recoin perdu – préservé – de Bretagne. Là, la rencontre d’une jeune femme qui a perdu la vue (ainsi que son fils et mari) à la suite d’un accident de voiture va bouleverser son approche de la vie ainsi que, par incidence, celle de son métier… Graphiquement, l’album présente un travail appliqué. Les planches respirent, la mise en couleur (variation autour du N/B) empreinte à l’aquarelle et, si le trait peut sembler parfois gauche ou emprunté (les traits des visages notamment présentent une certaine invariance), le ressenti d’ensemble se dégageant au final est celui d’un grand soin, d’une infinie attention à l’essentiel. Incontestablement, Tanguy Dohollau, artiste et enseignant auprès d’enfants et d’handicapés, est un homme d’une grande ouverture d’esprit, au monde, aux autres comme à lui-même. Si les deux personnages contemporains mènent l’intrigue, c’est un plus ancien – historique – qui habite les planches. Chu-Ta (1626-1705), peintre chinois du XVIIe siècle donc, maître en son art qui a laissé des aquarelles fascinantes de mouvement comme de sérénité. En écho au palais figurant en couverture, la référence à l’Asie et plus précisément à la philosophie de vie chinoise ou au cinéma japonais d’Ozu par exemple, est en effet omniprésente. De là, sans doute, cette quiétude transpirant de bout en bout, cette aspiration criante à une simplicité de vie, à une harmonie avec et en toutes choses. De là aussi, la place faite à la Nature. « Je devrais être plus prudente mais je ne m’y résigne pas », avoue Lucie. Témoignage d’un appétit de vie palpable. Eveillez vos sens, osez regarder vos peurs. Laissez vous traverser, transcender par la mystique d’un album à la découverte de soi et de l’Autre. Une « récréation » positive salutaire en ces temps de « crise »…

voir la fiche officielle ISBN 9782917237052