parution 01 octobre 2008  éditeur Dupuis  collection Aire libre
 Public ado / adulte  Thème Guerre, Chronique sociale

Azrayen'

En pleine guerre d’Algérie, un groupe de militaires part à la recherche d’une section disparue dans une région montagneuse de Kabylie. Un chef d’œuvre du 9e art, doublé d’un formidable travail de mémoire, pour mieux appréhender le conflit algérien…


Azrayen', bd chez Dupuis de Giroud, Lax
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2008

L'histoire :

Hiver 1957, dans les montagnes enneigées de Kabylie. Trois ans déjà que la guerre opposant l’état français et les groupes armés du FLN a débuté, et l’enlisement est chaque jour un peu plus prégnant. A la tête d’une colonne de militaires, le capitaine Valera a reçu pour mission de retrouver le GMS (Groupe Mobile de Sécurité) du commandant Messonnier, une section autonome patrouillant dans une région éloignée au sud de la grande Kabylie. En effet, lui et ses 22 hommes n’ont plus donné signe de vie depuis trop longtemps et la hiérarchie s’inquiète sérieusement. A-t-il été attaqué par les maquisards du FLN ? A-t-il déserté, lui et tous les membres de sa section ? Dans les deux cas, il est impératif de tirer l’affaire au clair, car Messonnier n’entre pas dans les normes, au point d’avoir été surnommé « Azrayen » par les villageois (soit « le diable »). Pour son enquête, Valera est épaulé par Cosme Tirard, un pied-noir travaillant au renseignement, qui parle couramment kabyle et arabe. De manières rustres, il a obligé une algéroise, institutrice et amante de Messonnier, à les accompagner sur le terrain. Cultivée et insoumise aux mentalités colonisatrices, celle-ci ne coopère pas volontiers. Valera décide de débuter les recherches en interrogeant les villageois d’Aït-Taghatn. Ce village perdu est celui de Mohan Djeddar, le second de Messonnier, un fell qui a trahit le FLN pour rejoindre les rangs français. Or, les routes cabossées de Kabylie recèlent de mille recoins idéaux pour monter des embuscades…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avant de faire des chefs-d’œuvre chacun de leurs côtés, Frank Giroud (le scénariste) et Christian Lax (le dessinateur) ont fait quelques chefs-d’œuvre ensembles. Initialement publié en 1998-99, le diptyque Azrayen profite des 20 ans de la collection Aire Libre pour paraître aujourd’hui sous forme d’une somptueuse intégrale. En sus du récit BD, une préface apporte une synthèse indispensable de contextualisation historique (par Benjamin Stora), complétée d’une annexe dense focalisant sur la formidable documentation préalable (archives et photos), ainsi que de croquis de Lax illustrant la lettre retrouvée d’un vétéran. Soit, en plus d’être une BD magistrale, l’ouvrage représente un travail de mémoire exceptionnel, un pavé de 160 pages à conseiller à tous ceux qui s’intéressent à la guerre d’Algérie. Ce sujet délicat cristallise en effet encore aujourd’hui les tensions de ses contemporains, ou de ceux qui ont, de près ou de loin, une conscience politique sur la chose. Savamment traité par Giroud, le récit prend la forme d’une enquête menée par les autorités militaires française, sur une section disparue. Désertion ? Extermination ? Au regard du contexte de guerre et des mentalités colonisatrices, dans les deux cas, les autochtones sont considérés comme responsables. Avec le recul et la mesure idoines, tout au collant au plus près des réalités, Frank Giroud fait alors la démonstration éloquente de la bêtise militaire, évitant tout manichéisme. Protagoniste central du drame, le capitaine Valera ne se montre pourtant pas « a priori » inhumain. Il sera pourtant, malgré lui, le responsable d’une barbarie pathétique qui bouleversera plus d’un lecteur. De haute volée, comme toujours, le dessin réaliste de Christian Lax impose un style unique, que le dessinateur perpétue depuis avec brio à travers toutes ses œuvres. En outre, sa colorisation ocre et sanguine se révèle parfaitement adaptée aux paysages de la Kabylie. Un monument du 9e art.

voir la fiche officielle ISBN 9782800140735