parution 24 juin 2011  éditeur Dupuis  collection Roman Aire libre
 Public ado / adulte  Thème Guerre

La lecture des ruines

Hellequin, savant fou inventeur du canon à rêves, est traqué par les Allemands pendant la Première Guerre mondiale. Jan Van Meer, écrivain hollandais, part à sa recherche. Un récit de guerre à mi-chemin entre réalisme et fantastique.


La lecture des ruines, bd chez Dupuis de David B.
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2011

L'histoire :

Mai 1917, dans le nord de la France, quelque part à l'arrière du front. Hellequin, un docteur folamour en puissance, a disparu. Ingénieur de renom, il avait par exemple inventé le canon à rêves pour anéantir les rêves des Allemands. Car, paraît-il, un homme qu'on empêche de rêver devient fou et meurt. Problème : il est introuvable, en plus d'être devenu fou. Or Hellequin revêt une importance stratégique pour les Français dans le contexte de la Première Guerre mondiale. Il incarne l'une des dernières chances françaises de remporter la guerre. Van Meer, un écrivain folkloriste hollandais, est mandaté pour le chercher et non, comme on pourrait le croire, pour le retrouver. Sa mission est simple : faire diversion et attirer les espions Allemands sur de fausses pistes. Première étape : Londres. D'abord innocent, Van Meer, qui a appris que chaque homme tué au combat renaissait dans le ciel sous la forme d'une étoile, va être confronté à la réalité de la guerre. Une réalité faite d'horreurs, de massacres et de rêves... Et toutes ses recherches sur les croyances et superstitions liées à la guerre vont voler en éclat face aux hommes de terre, au canon à rêves, aux mines humaines, et au pays du « Non où »...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

D'abord paru en 2001 dans la collection Aire Libre de Dupuis, La lecture des ruines vient d'être réédité sous la forme d'un petit format à couverture souple. Loin des récits réalistes et académiques sur la Première Guerre Mondiale, David B attaque le sujet par un angle insolite, en offrant une allégorie sur la violence de guerre empruntant à la fantaisie, au rêve, et bien sûr au fantastique. A mi-chemin entre le feuilleton populaire, le récit historique et la fable onirique, la BD donne à voir un récit navigant aux frontières du conte et de la réalité, sorte de réflexion métaphysique sur le caractère destructeur de la guerre. Au programme : folie et aliénation des hommes, déshumanisation puis destruction de l'humanité. Explorant avec originalité les territoires de la folie, tout en insufflant une dose de métaphysique, La Lecture des ruines s'offrira au lecteur attentif, prêt à accueillir un discours différent. Car il s'agit avant tout d'une quête de sens. Alors pas de grande originalité dans les thèmes traités ici, l'intérêt réside plutôt dans la manière de les traiter. Le visuel aux couleurs vives, souvent géométrique, fait évidemment penser à Otto Dix ou George Grosz, et s'adapte habilement à la tonalité du récit. Seul problème : l'auteur propose une foule de bonnes idées qui, en s'accumulant, sont seulement effleurées. On aurait aimé plus d'explications, parfois. Aussi certains passages, trop brefs ou trop longs, ne disent-ils pas vraiment leurs intentions et se révèlent inutiles (la romance ou l'épisode londonien). Tenter de lire les ruines, c'est finalement ce qu'il reste à l'homme pour essayer d'objectiver l'irrationnel. D'où la pirouette narrative du titre : c'est en déchiffrant les ruines que l'on pourra forger un alphabet intelligible, rendant possible la compréhension de l'horreur. En partant de ses conséquences, David B. tente de remonter aux origines de la guerre pour lui donner un sens. Une vision sombre un brin pessimiste, atypique et ambitieuse. A l'évidence de bonnes idées, des passages stimulants, mais il manque toutefois un petit quelque chose pour en faire un excellent album, car trop inabouti par moments. A défaut de savoir lire les ruines, le lecteur pourra relire la BD, histoire d'en saisir toute la symbolique...

voir la fiche officielle ISBN 9782800131641