parution 22 mars 2013  éditeur Dupuis  Public ado / adulte  Thème Historique

Le Convoi T1

Première partie

Sur le trajet vers sa mère hospitalisée, une jeune femme d’origine espagnole raconte à son beau-père les origines de son exil en France, au début des années franquistes. Première partie d’un diptyque historique didactique et sensible.


Le Convoi T1 : Première partie (0), bd chez Dupuis de Lapière, Torrents, Froidebise
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2013

L'histoire :

En novembre 1975, cela fait près de 30 ans q’Angelina, d’origine espagnole, s’est établie à Montpellier. Elle accepte sa vie comme une routine : un mari, des enfants et en prime, elle se fait draguer par le directeur comptable de sa boîte, Alpha-Pharma. Si elle n’est pas prête à être infidèle, la séduction qu’exerce celui-ci lui fait rudement plaisir. Un matin, elle reçoit un coup de fil un peu alarmant de son beau-père René. Sa mère est à l’hôpital, après avoir fait une crise cardiaque, à Barcelone. Barcelone ?? Tout le monde croyait sa mère en vacances en Auvergne ! René et Angelina se donnent rendez-vous pour prendre le premier train à destination de la capitale catalane. Dans le compartiment, le vieil homme et sa belle-fille parlent énormément. Tous deux s’étonnent déjà que leur mère soit retournée en Espagne, alors qu’elle s’était juré de ne plus y mettre les pieds du vivant de Franco. René réclame alors qu’Angelina raconte ses souvenirs d’enfance, qu’elle évoque son exil en compagnie de sa mère. Cette fuite prend racine dans les bombardements fascistes aux premières heures de la seconde guerre mondiale. Pour mettre sa famille à l’abri, son père républicain avait dû ravaler sa colère et son envie de se battre. En voiture, puis à pied à travers les Pyrénées enneigées, ils avaient emprunté la route du col du Perthus qui mène vers la France…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce diptyque historique, dont la parution des opus est très rapprochée, aborde l’exil des républicains espagnols durant les années franquistes. La narration emprunte un peu la même mécanique narrative que les Secrets de Franck Giroud. A savoir : un puissant secret enfoui apparait progressivement et néanmoins brutalement aux membres d’une famille « normale ». La substantifique moelle se dévoile alors au travers du témoignage de l’héroïne Angelina, dont les bribes de souvenirs d’enfance sont l’occasion d’autant de flashbacks sur les nœuds de l’intrigue. Le scénariste Denis Lapière focalise sur les raisons de l’exil (les bombardements fascistes), sur le voyage des républicains à travers les Pyrénées, sur les conditions abominables au sein du camp de réfugiés sur la côte française… Il nous apprend aussi que les premiers déportés de la seconde guerre mondiale vers des camps de concentration furent ces espagnols, dont seule une dizaine seulement survécut, parmi des milliers. C’est tout à la fois didactique et passionnant : Lapière sait y faire pour donner du rythme et accorder de l’empathie pour ses personnages, de l’émotion à chaque étape de leur destinée. Mais c’est le jeune dessinateur catalan Eduard Torrents (Ramon Llull) qui se trouve en réalité à l’origine de ce projet. Le récit s’inspire en effet en partie de l’histoire de sa propre famille. Son dessin semi-réaliste propret, au trait épais, très sérieusement réalisé, s’approche du style de Ruben Pellejero ou de Wandre Antunes, sans encore arriver à leur niveau. En tout cas très prometteur ! Ce tome 1 se termine par un bon gros cliffhanger, qui devrait découler sur un témoignage parallèle au cours du second volet, déjà prévu pour le mois prochain (avril 2013).

voir la fiche officielle ISBN 9782800149257