parution 05 avril 2013  éditeur Dupuis  Public enfant / ado / adulte  Thème Humour, Fantastique - Etrange

Sale bête T2

On ira tous au charadis

Obligé d’obéir à Clarky, chat aussi mignon que sournois, Bestiole découvre que ce dernier met en place un plan machiavélique… Seconde plongée dans l’univers irrévérencieux créé par Mazaurette et Krassinsky.


 Sale bête T2 : On ira tous au charadis (0), bd chez Dupuis de Mazaurette, Krassinsky, Schwendimann
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Dupuis édition 2013

L'histoire :

La famille d’Auguste possède deux animaux faits sur mesure par « La Fabrique » : Clarky, un chat tout mignon au pelage mauve avec des cœurs roses ; et Bestiole, création ratée, dotée d’un sale caractère, se situant entre le hamster et le rat d’égout. Et si Bestiole multiplie les mauvais coups avec une forte envie de dominer le monde, Clarky se révèle bien plus machiavélique et sournois en se faisant passer pour l’animal de compagnie parfait. En effet, Bestiole a découvert que le chat est bien plus fort que lui en ce qui concerne les actes néfastes. Il est notamment à la base de l’erreur de fabrication qui a engendré des animaux moches. Bestiole veut devenir un grand méchant digne de ce nom. Il demande alors à Clarky de le former à devenir un maître du mal. Or, un jour, Bestiole voit Clarky partir discrètement de la maison, il le suit et découvre que son maître a une réunion secrète avec d’autres chats. Les félins discutent de leur plan visant à créer le charadis, le paradis des chats. À Noël, ils déclencheront la phase 3 de leur plan, une phase visant à transformer les humains en esclaves et à faire de tous les autres animaux de simples éléments de divertissement ou d’en faire de la nourriture. Lorsque Bestiole apprend cela, son sang ne fait qu’un tour. Il décide de tout faire pour empêcher cette catastrophe : c’est lui qui doit dominer le monde et personne d’autres…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

À la fin du premier album, on découvrait que si les animaux de la « Fabrique » semblaient parfaits extérieurement, ce n’était pas forcément le cas de leur beauté intérieure. Ainsi Clarky, le chat tout mignon de la famille d’Auguste, se révélaient encore plus sournois et méchants que Bestiole. Le récit de ce second tome reprend donc avec Bestiole suivant les enseignements de son ami chat... mais très vite, il va faire une découverte qui va l’obliger à s’opposer à lui. Toujours grinçant et original, le scénario de Maïa Mazaurette se lit avec plaisir. La force et l’intérêt de cette série tiennent dans le parfait mélange des genres qu’arrive à mettre en place la scénariste. Elle mêle ainsi habilement évènements réalistes (le succès des vidéos « Lolcats » sur Internet, Amandarine qui s’habille d’une manière non adaptée à son âge…) et fictions (la possibilité de créer des animaux sur mesure, accélérateur de grossesse…). De même, elle passe aisément des scènes d’humours qui feront bien rire les enfants (Bestiole urinant dans le bocal du poisson rouge d’une amie d’Amandarine) à des sujets plus sérieux visant davantage les adultes (le parallèle entre la manipulation génétique des animaux et les horreurs du régime nazi). Du coup, Sale bête s’adresse autant aux adultes qu’aux plus jeunes et tous auront leur compte de divertissement. On reprochera cependant la présence de certaines scènes n’apportant pas grand-chose à l’intrigue générale et donnant l’impression de rallonger la sauce. Côté dessin, Jean-Paul Krassinsky livre des graphismes mélangeant imaginaire et réalisme, à l’image de l’histoire, pour un résultat à mi-chemin qui n’est pas déplaisant. Ne boudons pas notre plaisir : cette série recèle suffisamment d’originalité et de charme pour être découverte...

voir la fiche officielle ISBN 9782800155791