parution 01 septembre 2008  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Policier

Fly blues

Les mouches jouent-elles un rôle dans la destinée humaine ? Elles sont en tout cas les témoins de l'histoire funeste du vieux jazz man Meadows et suivent le retour sur Paris de Debra. Un polar coloré, décalé et cruel, mais parfois dissonant.


Fly blues, bd chez Futuropolis de Sampayo, Zarate
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2008

L'histoire :

Bzz ! Par un chaud matin d’été sur une place de Barcelone, le célèbre trompettiste de jazz Kenny Meadows prend le bus pour gagner Paris. Il doit y retrouver le jeune prodige français, Patrick Reggiani, un digne héritier que le grand Monk lui-même n’aurait pas renié. Les deux hommes doivent enregistrer Fly Blues, un morceau composé par le petit parisien. Bzz ! Quelques heures plus tôt, c’est Debra qui prenait le chemin de la capitale gauloise, après deux mois de mise au vert chez ses amis catalans. Retour au bercail, où l’attendent peut-être les yeux de Maurice et plus certainement son labeur de réalisatrice de dessins animés. Nos deux protagonistes se retrouvent sans se voir sur une aire d’autoroute. Dans la cafétéria huileuse, un quatuor d’ado fait des siennes. Bzz ! Et Kenny soulage sa prostate… et Meadows meurt sur le carrelage usé d’urinoirs malodorants : les 4 petits déséquilibrés du restoroute ont cherché l’oseille, ils ont juste pris la vie du musicien et filmé l’événement… Une vidéo de oufs qui, une fois en ligne, leur assurera la monnaie. Abandonné au pied de sa voiture, Debra récupère le bagage du vieux monsieur : l’étui de sa trompette, quelques CD, une carte de visite du collègue musicien qu’il allait justement rejoindre. Elle décide d’apporter le tout à ce Reggiani. Bzz ! Après quelques heures de route, la belle s‘arrête à nouveau… et assiste impuissante à une nouvelle mise en scène macabre : un meurtre aussi gratuit que le précédent avec, pour auteurs, les mêmes décérébrés. Repérée, elle prend vite la fuite, craignant d’être le premier rôle de leur prochaine vidéo…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ce sont deux pointures argentines du 9e art qui ont décidé de se faire piquer par un diptère mélomane pour nous catapulter dans un univers où démesure et bestialité se font les yeux doux. Un polar cruel, une peinture violente de l’époque dans laquelle nous baladons – pauvres inconscients que nous sommes – notre amour pour la douceur de vivre, la musique ou la frivolité. Pour nous y coller les narines au plus prêt, Carlos Sampayo utilise les mêmes manières que ses protagonistes : démesure et excès. Un texte aussi tranchant que les lames des meurtriers, un découpage aussi agressif que les rapports humains décrits. On nage en pleine provoc’ et ça fonctionne à 200%... Graphiquement, Oscar Zarate est sur la même portée : une semblable volonté de titiller. Là où il fait très fort, c’est qu’il parvient à agresser l’œil en utilisant des tons pastel, en déliant par petites touches les méandres de ses aquarelles, en superposant les couleurs, en distribuant à tours de pinceaux des visages défigurés de haine. Une parfaite opposition entre la brutalité de voyous déséquilibrés et la douceur des artistes… Le couac de trompette dans ce subtil assemblage nait de la surabondance : trop de provoc et d’agressivité. On frôle la nausée. C’est dommage car avec du recul l’analyse sociétale est plutôt réussie. Un ouvrage, en tout cas, à ne pas mettre dans les mains d’amateurs qui veulent s’initier à la bande dessinée.

voir la fiche officielle ISBN 9782754801249