parution 12 février 2009  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Autour du 9ème art, Historique, Roman graphique

Les carnets de Gordon McGuffin

Un parcours dans les fameuses notes d’un cinéaste qui vécut l’âge d’or hollywoodien et à qui les plus grands ont tout volé. Une biographie parsemée d’anecdotes corrosives… pour un personnage qui n’a jamais existé.


Les carnets de Gordon McGuffin, bd chez Futuropolis de Senges, de Crecy
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2009

L'histoire :

Gordon McGuffin pose ses valises à Hollywood en 1923 et se choisit un patronyme de noblaillon autrichien : c’est plus chic pour faire carrière dans le cinéma ! Il signera cependant son premier contrat à la Paramount sous son vrai nom… en tant que responsable des fontaines à eaux. En 1925, il obtient son premier cachet artistique : 3 billets verts pour un scénario. C’est le début d’une longue et brillante (?) carrière qui incruste Gordon dans le 7e art américain. Il accompagnera les plus belles années d’Hollywood à coté des meilleurs, recevant les conseils avisés de William Faulkner, avant d’en prodiguer lui-même aux plus grands ou d’initier de fabuleux projets. Il écrira, par exemple, pas moins de 17 scénarii pour Alfred Hitchcock… qui n’en retiendra qu’un… qu’il ne réalisera pas ! En 1942, au cours d’un petit diner, il apprendra tout naturellement et sans s’en rendre compte, à ce même réalisateur, les rudiments du suspens au cinéma. Et tant pis si Chaplin lui pique la scène des engrenages dans Les temps modernes, il se console en adaptant Autant en emporte le vent en costumes modernes. Le film marchera très bien… dans le Massachussetts : c’était pourtant une bonne idée. Garbo qui le déteste (car il l’a comparé à Mauriac !), Jerry Lewis qu’il présente à Stanley Kubrick, Fred Astaire qu’il fait lui-même répéter ou Cécil B DeMille qui lui doit le casting des 10 commandements (sauf Sinatra que le réalisateur a refusé en Ramsès 2) : tous ont partagé l’exceptionnel parcours de ce cinéaste oublié, que ces précieux carnets font glorieusement revivre.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Vous l’aurez rapidement compris à la lecture de l’album : Gordon Mc Guffin n’a jamais existé. Il est nait de l’association cérébrale de Pierre Senges et Nicolas de Crécy. Une collaboration souhaitée de longue date par les deux auteurs qui leur permet de s’adonner à cet exercice sympathique de la fausse biographie. Usant avec une certaine facilité d’un esprit drôle et corrosif, Pierre Senges installe un personnage que l’orgueil et « l’art de la loose » nous rendent de plus en plus sympathique la lecture avançant. En outre, il lui permet de dépeindre un univers et une époque assez justes : on plonge assez facilement dans cet Hollywood très crédible. Surtout, McGuffin nous est incroyablement familier : qui ne rencontre pas plusieurs fois par jour des bonhommes semblables, toujours enclin à s’attribuer la moindre réussite, la plus petite participation à un succès ? Les illustrations de Nicolas de Crécy (car il s’agit plus d’un livre illustré, que d’une véritable BD), si elles réussissent à mettre en valeur le propos de son collaborateur, ne suscitent pas les émotions rencontrées habituellement. Peut être justement parce qu’elles accompagnent les anecdotes plutôt que de prendre réellement part à la construction du récit. Un livre, donc, plus qu’une BD, qui ravira les amateurs de second degré et les amoureux de cinéma, mais qui aurait mérité un graphisme plus flamboyant.

voir la fiche officielle ISBN 9782754802567