parution 09 mars 2011  éditeur Futuropolis  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale

Une vie sans Barjot

Avant de rejoindre Paris pour ses études, Mathieu passe une dernière nuit dans la ville de son enfance. Au menu : potes allumés, rock, bières, clopes et surtout… Noémie. Un récit sur le passage à l’âge adulte, particulièrement touchant.


Une vie sans Barjot, bd chez Futuropolis de Appollo, Oiry
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Futuropolis édition 2011

L'histoire :

Sitarane, The French Kiss et les New Girls jouent au Bateau Ivre, ce soir. Et bien qu’il s’en défende auprès de ses potes, Noémie, la bassiste des New Girls intéresse un peu Mathieu. Ce sera donc le Bateau Ivre pour commencer cette dernière soirée. Car 18 ans sonnés et le bac en poche, il est temps pour Mathieu d’aller dés le lendemain jouer ses gammes à Paris en prépa. Du coup, il a carrément les boules. Alors cette dernière nuit, il veut qu’elle soit longue et pleine de surprises pour marquer l’événement. Le voilà donc devant l’établissement qui est bondé pour l’occasion. Il a un peu de mal à y rentrer. D’abord, la foule c’est pas pour lui et puis il attend son pote Christophe qui doit l’accompagner. Ce mec est une mine encyclopédique qui rêve d’être (dans cet ordre) : romancier, cinéaste, peintre, réalisateur et dessinateur de BD. En attendant, il a planté le bac. Pas grave : il a aussi pour projet d’embarquer pour Terre-Neuve sur un cargo ou pourquoi pas de tenter sa chance comme Taxi (de nuit) à Paris. Avec tout ça, et une bière plus loin, ils ont raté les New Girls et presque Noémie. La jeune fille a en effet juste le temps de piquer une clope à Mathieu et de lui proposer de la rejoindre à une fête que donne Marion. La retrouver là-bas devient alors son unique obsession. Cependant, chez Marion, ça fait quand même une trotte à pieds. Et puis là, tout de suite, ça pogote à mort sur French Kiss. Mieux encore : son pote « Barjot » vient d’arriver…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après Pauline et les loups-garous, Apollo et Stéphane Oiry remettent le couvert pour un récit qui, s’il n’est pas directement une suite, s’inscrit dans une trilogie pour laquelle le traitement graphique et les thématiques abordées constitueront le lien. Toujours coiffé d’une esthétique rock à laquelle il ne manque que le son (quoiqu’en faisant un effort on pourrait presque parfois entendre une ligne de basse susurrer), le récit gratte à nouveau la mélopée adolescente, option passage à l’âge adulte avec sa tripotée de questionnements. Ici, c’est Mathieu qui, 18 ans et le bac en poche, le temps d’une ultime soirée dans sa ville natale avant de rejoindre Paris, sert de point d’attache à cette exploration. Un concert, une traversée nocturne de la ville, de l‘alcool, un peu de fumette, un détour du coté du quartier des prostituées, une baston, une moitié de fête et une fille à retrouver constituent l’anesthésie pour l’inexorable coupure du cordon. Car au bout du compte, et l’on comprend bien que c’est ce qui titille notre héros, plus rien ne sera comme avant. Impossible d’évoquer l’adolescence sans parler d’amitié. Ici, ce sont quelques seconds rôles aux petits oignons (ayant plus, voire même plus, de relief que le personnage principal), dont le fameux Jean-Mohamed dit « Barjot », qui se chargent de la déclinaison. Ses personnages sont aussi l’occasion d’ouvrir à Mathieu « des futurs alternatifs » un brin éloignés de celui, « sage », auquel sa prépa littéraire le conduit. Simple mais jamais superficiel et redoutable d’efficacité, via une narration alimentée par une réelle qualité d’écriture, l’ouvrage est une jolie claque émo-nostalgique très proche de ce que l’on peut ressentir à cette époque de notre vie. Le dessin semi-réaliste proposé, serti d’une intelligente variation de bichromie est une vraie réussite. Parfait en tous cas pour faire le jeu de l’émotion. Bref, définitivement touchant.

voir la fiche officielle ISBN 9782754803427