parution 09 septembre 2010  éditeur Gallimard  collection Hors collection
 Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Humour

Chagall en Russie T1

A la fin du XIXe siècle, en Russie, Marc doit choisir entre la peinture et la jeune femme dont il est fou amoureux. Une biographie « sfarienne » du célèbre artiste : poétique, onirique, déjanté, mais bien moins convaincant qu'à l'accoutumé.


 Chagall en Russie T1, bd chez Gallimard de Sfar
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Gallimard édition 2010

L'histoire :

Marc dessine. D’autres, aux élucubrations d’un pauvre hère clamant à qui mieux-mieux qu’il est Jésus Christ, répondent par une volée de coups… Lui, préfère ébaucher un portrait, teindre le visage de jaune et s’amuser de la rhétorique déjantée de ce bonhomme à chapeau violet. Marc veut faire de la peinture et du dessin, sa vie. Mais Marc est aussi éperdument amoureux. D’ailleurs, il a rendez-vous avec son aimée. Il frappe à la porte du domicile, lui déclame sa passion avant qu’elle ne lui ouvre, s’inquiète de savoir si ses parents ne risquent pas de les surprendre… Sans savoir que derrière la porte, c’est la petite sœur qui s’amuse de ses déclamations. L’amoureuse arrive enfin, chasse sa sœur et invite Marc à revenir plus tard. Pour témoignage de sa passion, avant de faire demi-tour, il glisse un dessin sous la porte, qui les représente en train de s’embrasser. Une esquisse aussitôt volée par la petite sœur, puis confisquée par la maman. Amour, certes, il y a. Mais paternel, il y a aussi. Le vieux juif aime bien ce charmant dessinateur. Pour autant, pas question de donner à sa fille un homme avec de si piètres projets. Il veut que le mari de sa fille soit un bon juif et qu’il ait un bon métier. Il sait que sa fille ne voudra épouser personne d’autre. Il faut donc que Marc renonce à la peinture.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il y a « les Sfar » qu’on attend avec impatience, parfois depuis des années. Il y a ceux qui vous tombent dessus avec bonheur sans avoir rien demandé. Et puis il y a Chagall en Russie… Au rayon des déceptions, il faut reconnaitre que cette ouverture de diptyque se taille une large place. Difficile, en effet, de se laisser emballer par cette fausse biographie du célèbre peintre biélorusse. D’ailleurs, qu’il nous la raconte de travers, la vie de ce barbouilleur de génie, ça n’est pas très grave. Qu’il l’entortille autour d’onirisme, poésie et frapadingueries en tous genres, c’est même plutôt habituellement jubilatoire et particulièrement constitutif de sa manière de procéder. Mais cette fois ci, ça retombe difficilement sur ses petons... Le départ emprunte des chemins habituels, rythmé avec humour, sarcasme et fond de récit convenablement charpenté. Rien de mieux qu’un jeune artiste amoureux contraint de faire ses preuves, pour qu’on lui cède la main de son aimée. Rien de tel pour mettre dans la balance sentiment amoureux et besoin de dessiner. Mais très rapidement l’ensemble part dans tous les sens et on a du mal à rester harnaché à la monture narrative proposée. A coté des clins d’œil faits à l’œuvre de Chagall et des thématiques habituelles utilisées par l’auteur (quête identitaire, décorticage du sentiment amoureux, religion, folklore et tradition, Histoire…), ce qui nous est le mieux transmis, c’est le besoin viscéral de dessiner. Une nécessité, on l’aura compris, partagée par Chagall et l’auteur de sa (fausse) biographie. Au-delà, on ne voit pas bien où il veut en venir. On a le sentiment d’une production cathartique jaillissant d’un jet et imprimée dans la foulée… Même déception pour le dessin : le génialissime côtoie le bâclé. Bref, une entame couci-couça qui ne rend pas fou d’impatience de lire la suite, pourtant programmée en janvier 2011…

voir la fiche officielle ISBN 9782070628254