parution 21 août 2014  éditeur Gallimard  collection Bayou
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Sentimental

Klezmer T5

Kishinev-des-fous

C'est en route pour Kishinev, triste lieu de pogrom, que la série s'achève. Après le pittoresque et le rocambolesque, Sfar introduit de la gravité dans son récit, en évitant soigneusement le pathos.


 Klezmer T5 : Kishinev-des-fous (0), bd chez Gallimard de Sfar
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Gallimard édition 2014

L'histoire :

Vicenzo et Yaacov, chaperonnés par le Cosaque et le Baron, continuent à vivre leur vie de bohème. La musique, les spectacles, les plaisirs de la chair, rythment leur quotidien. Pendant ce temps, Hava gagne sa vie honnêtement, en qualité de professeur de musique. Elle a été embauchée par une famille de grands bourgeois dont le jeune fils est devenu son élève. Hélas, cela ne dure pas longtemps, car elle est accusée à tort d'avoir volé une bague. Mais ce qui va le plus inquiéter la belle jeune femme, c'est l'horrible nouvelle que colporte Yaponchik : à Kishinev, les pogrom continuent. Mais le comble de l'horreur a été atteint. Un juif nommé Jabotinsky empêche qu'on enterre les morts ! Quel genre de juif peut-il être, pour imposer cette ignominie aux villageois ? Il veut en réalité négocier l'obtention d'armes en échange des clichés qui seront réalisés. Hava est alors contactée par une journaliste qui veut suivre l'affaire de plus près. Les deux beautés se rendent à Odessa, où un drôle de Gitan, Tchokola, joue le rôle de tribun parmi la population juive. Pour contrer l'horreur de Kishinev, il compte réunir un groupe de choc dont l'arme fatale sera un poète. Car c'est avec les mots qu'on peut gagner une guerre...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Depuis Le chat du rabbin, Joann Sfar s'est imposé comme un auteur incontournable du paysage de la BD française. Devenu romancier ainsi que metteur en scène pour le cinéma, il compte une bibliographie longue comme le bras. Toutes les bibliothèques dignes de ce nom comportent désormais au moins un de ses albums. Pas une année ne passe sans qu'il n'en publie plusieurs. Klezmer s'achève ici, après 5 volumes étirés sur 9 ans de parution. Et ce qu'on retiendra de la série, c'est sa capacité à embarquer le lecteur dans un récit au long cours, certes, mais de l'emmener aussi dans une sorte d'arc-en-ciel des émotions. Cette conclusion scelle définitivement Klezmer comme un plaidoyer de la souffrance des juifs. L'auteur s'est exprimé sur cette particularité. Il considère lui-même que c'est une sorte d'auto-réponse au Chat du rabbin. Sa série culte, c'est la chaleur méditerranéenne, c'est la générosité et la gouaille des Séfarades. Klezmer, c'est un bout de l'histoire des Ashkénazes, c'est le climat rude des pays de l'Est, c'est un récit dans lequel les juifs sont toujours l'objet de la haine. Et avec Kishinev des fous, on a envie de dire que ça ne rigole plus, mais alors plus du tout. Le rythme y est échevelé, traduisant cette folie, tantôt douce, tantôt d'une violence inouïe, qui anime les personnages. Ici, pulsions de vie et de mort se côtoient en permanence. Coté graphisme, cette alternance se traduit aussi en terme de style. Certaines planches sont splendides et elles mettront tout le monde d'accord. D'autres sont curieusement façonnées de manière naïve, un peu comme dessineraient les enfants. Pourquoi donc de telles variations ? Allez savoir ! Volonté de l'auteur d'user du symbolisme – après tout, la vie n'est pas une suite de jours se ressemblant, pourquoi une BD serait-elle forcement une suite de planches homogènes – ou tout simplement choix d'user de sa liberté de faire comme bon lui semble ? Peu importe, tant son récit est fort et le fin du fin (de cette fin), c'est la pirouette narrative que Sfar choisit pour faire tomber le rideau. Adieu Klezmer et que Dieu te garde !

voir la fiche officielle ISBN 9782070649228