parution 01 octobre 2004  éditeur Glénat  collection Carrément broché
 Public ado / adulte  Thème Western, Chronique sociale, Esotérique

Ecce Homo

Manson arrive en terre de Brasstone, attendu comme la peste par le maire et comme le Messie par la secte locale. Une symbolique autour des Evangiles, transposée au temps des cow-boys, malheureusement décevante.


Ecce Homo, bd chez Glénat de Dubois, Schréder
  • Notre note Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2004

L'histoire :

A Brasstone, ville du Far West américain, les milléristes, membres d’une secte inoffensive d’illuminés, attendent l’arrivée du Messie. Angus Lothrop Motley, le maire tout puissant de la ville, alias Brokenface, attend plus simplement l’inspecteur Manson. Envoyé par Washington, ce dernier vient pour vérifier les comptes de l’entreprise minière de Brokenface. Sûr de pouvoir amadouer l’inspecteur, Angus Lothrop prend l’événement assez joyeusement. Mais il déchante rapidement. Car Manson est un pur. Incorruptible, détaché des choses de la chair, il refuse toutes les propositions du maire pour fermer les yeux sur ses comptes louches. Un jour cependant, le frère Barry aperçoit Manson abreuvant un indien alcoolique pour calmer sa crise. C’est la révélation. Cet homme est doté d’un pouvoir curatif miraculeux. Il est le Messie tant attendu ! L’inspecteur devient en peu de temps l’objet de culte des milléristes, ce dont il entend bien tirer profit. Mais Brokenface rumine un projet qui risque de mettre rapidement fin à la nouvelle vocation de l’encombrant inspecteur. D’une façon ou d’une autre, il lui faut se débarrasser de cet empêcheur de tourner en rond…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Ecce homo est une expression signifiant « voila l’homme ». Elle est tirée de l’Evangile selon Saint Jean, au moment où Ponce Pilate présente Jésus à la foule pour le faire juger, peu avant sa crucifixion. Dans le contexte de cette BD, elle est utilisée par Jean-Marc Dubois pour réaliser une sorte de western spirituel, inspiré très librement des Evangiles et découpé en scénettes titrées en latin. On remarque çà et là des moments phares du nouveau testament, telle « la cène » (dernier repas de Jésus avec ses apôtres), la crucifixion, ou la tentation par le Malin, symbolisé par Brokenface. Hélas, ces analogies semblent ne servir aucun propos et n’apportent en fait pas grand-chose au récit. Le scénario lui-même manque de fougue et parait un peu plat, tandis que les personnages ne sont qu’ébauchés. On ne peut s’empêcher de penser que le scénariste s’est arrêté en chemin dans son idée, la menant à la moitié de ce qui aurait pu être un album très intéressant. Au dessin, Etienne Schréder réalise un graphisme doux aux traits simples, tout en rondeur, une sorte de ligne claire au trait épais. Sur des décors en noir et blanc, il met en valeur ses personnages en couleurs, appliquées par aplat, sans dégradé. Hélas, on tourne la dernière page avec un sentiment de déception. L’album a raté sa cible.

ISBN 9782723444439