parution 27 janvier 2021  éditeur Glénat  collection Serial killers
 Public ado / adulte  Mots clés Biographie / Thriller

Edmund Kemper

Emprisonné depuis presque cinquante ans, Edmund Kemper est un tueur en série nécrophile et violeur. Quatrième volume d'une série terrifiante sur les tréfonds de l'âme des hommes les plus monstrueux des dernières décennies.


Edmund Kemper, bd chez Glénat de Morvan, Geffroy, Percio, Locquet
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2021

L'histoire :

Depuis avril 1973 et l'âge de 25 ans, Edmund Kemper est détenu dans la prison de Vacaville en Californie. Ce jour de février 1986, il reçoit la visite d'Etienne Jallieu, qui lui explique son travail auprès des serial killers et l'objet de leur entretien. Kemper mesure plus de deux mètres, son visage d'américain moyen avec des lunettes épaisses ne laisse pas deviner sa grande intelligence, et la manière dont il va conduire la discussion. Il replonge dans son enfance, lorsqu'il dormait dans la cave de la maison du Montana, et que sa mère le traitait beaucoup plus mal que ses deux sœurs. Il se souvient de son premier fusil, compagnon de solitude lorsqu'il vivait chez ses grands-parents et qu'il allait tuer des oiseaux. Edmund les a tués tous les deux, sa grand-mère sur un coup de colère et son grand-père parce qu'il revenait des courses et qu'il allait découvrir le cadavre de sa femme. Le jeune garçon n'avait que quinze ans, il sortira de son centre de rétention quelques années plus tard, en ayant convaincu les médecins qu'il était guéri. Au début des années soixante-dix, il multiplie les occasions de prendre à bord de sa voiture des auto-stoppeuses. Il transporte un fusil et un grand couteau, et bloque la porte de son véhicule avec un tube de baume pour les lèvres. Ses deux premières victimes s'appellent Anita et Mary-Ann. Elles seront assassinées de multiples coups de couteaux, décapitées, leurs corps enterrés et leurs têtes jetées dans la nature après quelques jours.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Edmund Kemper est le quatrième serial killer dont la carrière est retracée sur le même mode que les précédents : des crimes mis en images de manière glaçante, souvent plus suggérés qu'illustrés, et un long dialogue avec le criminel en prison. Le journaliste qui interviewe Kemper porte le nom d'Etienne Jallieu, le pseudo de Stéphane Bourgoin lorsqu'il écrit des romans policiers. Bourgoin est celui qui apporte à Jean-David Morvan la matière de son scénario, qui est à nouveau ici mise en scène avec une technique irréprochable. Même si Bourgoin a fait l'objet de nombreuses polémiques sur son passé parfois romancé autour d'affaires criminelles ou de tueurs en série, force est de constater que l'histoire de Kemper est terriblement crédible. La mise en perspective de l'enfance du tueur, les relations avec sa mère, ses grands-parents et ses collègues à l'école dresse un portrait de folie pure. Les deux dessinateurs choisis pour ce volume viennent du monde des comics et proposent des pages d'une froideur parfaitement maîtrisée, avec d'improbables fonds jaunes qui n'adoucissent jamais la violence contenue dans le personnage. L'impact visuel est totalement à l'unisson de l'échange entre Jallieu et Kemper : glaçant et fascinant. Cela dit, il faut avoir le cœur bien accroché pour se plonger dans ces plus de 120 pages complétées par un dossier plein de photos et d'articles de journaux qui font froid dans le dos. Les portraits des victimes nous rappellent la terrible réalité des actes qui sont racontés et posent à nouveau la question de l'intelligence mise au service d'instincts d'une cruauté innommable.

voir la fiche officielle ISBN 9782344039533