parution 13 octobre 2010  éditeur Glénat  collection 1000 feuilles
 Public adulte  Thème Horreur, Historique

Erzsebet

Au XVIIe siècle, en Hongrie, une comtesse, en quête d'éternelle jeunesse, torture et exécute plusieurs jeunes filles pour se baigner de leur sang. Un dessin techniquement irréprochable supportant un maigre scénario. Pour amateurs...


Erzsebet, bd chez Glénat de Rassat, Orhun
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2010

L'histoire :

Depuis que son mari est parti guerroyer avec le Roi, la Comtesse Erzsebet se languit. Pourquoi, alors, ne pas s’amuser un peu avec la jolie servante ? Pourquoi ne pas faire courir ses doigts dans les boucles de ses jolis cheveux ? Ou plutôt, pourquoi pas la frapper violemment ? Ce sang qui coule et souille sa propre peau, est finalement du plus bel effet. Peut-être même lui donne t-il une nouvelle jeunesse. Car belle et jeune, Erzsebet souhaite le rester plus que tout. Au point de ne pas supporter chez ses domestiques peau diaphane et traits parfaits. Elle exige alors, en telles circonstances, que d’un trait de lame précis, ils ne soient défigurés dans l’instant… Il faut néanmoins que la Comtesse se distrait et qu’elle ait autre chose à faire que s’échauffer en chevauchant un petit gitan nu. La visite d’une bonne amie tombe à pic pour tromper l’ennui. D’autant plus qu’il y a quelques temps déjà, elle a découvert un objet que son mari a laissé trainer, avant que le Roi ne le rappelle au combat : un joli fouet à quatre lanières. Un objet qui, manié avec virtuosité sur le dos d’une pauvrette, est un jeu amusant. Parfaitement excitant comme préliminaire pour des plaisirs à deux…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après que d’autres talents s’y soient également frottés (littérature, musique, cinéma, BD…) c’est au tour de Cédric Rassat et Emre Orhun de mettre en scène l’histoire de la Comtesse hongroise Élisabeth (Erzsebet) Báthory. Au début du 17e siècle, cette mystérieuse aristocratique défraya en effet la chronique en étant reconnue coupable de plus d’une centaine de meurtres (vraisemblablement beaucoup plus). Ce dont on est sûr, c’est qu’elle ne ménagea pas sa peine, aidée de quelques comparses, pour mutiler, brûler, mordre ou, plus modestement, tuer les jeunes filles qui avaient eu l’idée saugrenue de naitre dans la belle région de Trenčín (actuelle Slovaquie). Le reste, c’est la légende qui s’en est emparée, en faisant d’elle « La Comtesse Sanglante » ou « La Comtesse Dracula » et en lui prêtant des pratiques vampiriques. C’est justement sous cet angle que cette biographie sanguinolente est traitée. Et de ce point de vue là, d’ailleurs, on peut parler d’une certaine efficacité : insupportables tortures, folie meurtrière, perversion sexuelle… dansent sur plus de 60 pages, pour mettre en place tous les stigmates d’une psychopathie top niveau. Malheureusement, en dehors de cette balade à la limite de la nausée, aucune réelle intrigue ne vient corseter le tout. Le récit tente bien de s’étoffer via quelques velléités fantastiques… mais ça ne prend pas. Reste au final un catalogue longuet (et déjà vu ailleurs) de sa folie. Cependant, et à l’inverse, l’angle du propos convient on ne peut mieux au travail graphique proposé par Emre Orhun. La technique de la carte à gratter utilisée se plait dans cet entrelacs horrifique et sombre. Les trognes expressives de folie, de peur ou de cruauté s’amusent de la lumière, des contrastes et profitent de la largeur des cases pour nous déranger plein pot. Car du coup, si vous étiez mal à l’aise, ce trait particulier enfonce le clou. Et un clou ça fait mal : c’est notre copine Erzsebet qui nous l’a dit…

voir la fiche officielle ISBN 9782723465687