parution 10 juin 2020  éditeur Glénat  collection 24x32
 Public ado / adulte  Thème Historique, Thriller

La Cagoule T3

La Charge du sanglier

Août 1937, un attentat dans un aérodrome permet à la police française de resserrer l’étau sur le groupuscule fasciste français « la Cagoule ». Le commissaire Mondanel peut enfin mettre un coup de pied dans la fourmilière.


La Cagoule T3 : La Charge du sanglier (0), bd chez Glénat de Herzet, Brugeas, Damour, Smulkowski
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2020

L'histoire :

Aérodrome de Toussus-le-noble dans les Yvelines, le lieutenant Jandron finit sa ronde. Il se dirige vers le seul mécanicien du hangar, et lui donne sa journée car les dernières pièces ne sont pas encore livrées. L’homme en combinaison orange ne se fait pas prier et quitte le hangar. Une fois seul, le lieutenant ouvre la porte arrière de l’enceinte métallique et fait entrer un homme. Le gaillard s’étonne de ne trouver que quatre avions. Le lieutenant lui répond qu’il les reçoit en réparation au compte-gouttes. Sans demander son reste, l’homme place les charges explosives dans les avions en dénonçant la position du gouvernement français face à l’aide apportée à l’Espagne. Sans crier gare, des pas résonnent à l’extérieur. L’homme prend ses jambes à son coup et donne la dernière charge explosive au lieutenant avant de s’enfuir. Se retournant, le lieutenant vit le mécanicien qui avait oublié de signer la fiche de présence. Une fois le quidam parti, la voie est libre pour finir le boulot. Quelques minutes plus tard, le hangar part en fumée et les quatre aéronefs avec. Quelques jours plus tard, en rentrant à son domicile, le lieutenant Jandron reçoit la visite du commissaire Mondanel. Le fin limier n’a pas mis longtemps à comprendre que le lieutenant était de mèche. Effaré de la naïveté de son interlocuteur, mais persuadé de sa bonne foi, le commissaire propose un marché au lieutenant. Sans hésitation et pour son salut, l’homme donne un nom. C’est le lien manquant au commissaire pour délier toute cette pelote.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dernier acte. Les scénaristes Vincent Brugeas et Emmanuel Herzet nous offrent un dénouement plutôt simple au cœur d'une géopolitique nationale des années 30 déroutante. Il ne fallait pas moins de trois tomes pour mettre en place le contexte politique de l’époque. Effectivement, dans cette société, le juif est responsable de tous les maux ; et les militaristes ont peur que le lourd tribut humain de la première guerre ne tombe dans l’oubli. La chasse aux « rouges » est donc ouverte. Au milieu de ce jeu de dupes, un commissaire pris entre le marteau de sa hiérarchie et l’enclume de la réalité du terrain essaie, avec ses relations et son caractère de cochon, de démêler cette pelote de laine. Les scénaristes livrent une histoire plutôt complexe, non pas sur la forme mais plutôt sur le fond et dans la mise en place de l’histoire. Il est difficile pour le lecteur de s’imaginer l’ensemble des enjeux de la politique de la fin des années 30. D’ailleurs, au vu de la complexité de compréhension politique, le lecteur sera peut-être surpris de la façon plutôt simple dont se dénoue finalement l’histoire. Ce qu’il faut retenir, ce n’est pas tant le comment, mais plutôt ce qui se passe après le début de la guerre et l’apparition du régime de Vichy. La fin de l’album est surprenante et pousse la réflexion personnelle plus loin que la dernière planche. Au niveau du dessin, Damour reste sur sa ligne des précédents opus. Le trait est semi-réaliste et les personnages gardent leurs allures carrées, ce qui devient sans doute la signature du dessinateur. Ainsi se termine la série La Cagoule , qui plonge le lecteur à l’aube de la seconde guerre mondiale au cœur d'une politique française très mouvementée, annonçant les prémices du fascisme en force depuis l’Est.

voir la fiche officielle ISBN 9782344028858