parution 09 juin 2010  éditeur Glénat  Public ado / adulte  Thème Horreur, Fantastique - Etrange, Thriller

Les gardiens des enfers

Au XIXe siècle, un jeune gardien de phare manchot découvre les desseins diaboliques de son collègue, lourds de conséquences. Un one-shot d'épouvante historico-fantastique aromatisé aux frissons...


Les gardiens des enfers, bd chez Glénat de Alcante, Matteo, Fabbri colabich
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2010

L'histoire :

Début août 1859, des prospecteurs d’or britanniques expatriés en Australie prennent des risques insensés, dans des galeries mal étayées, pour remonter quelques pépites. Deux d’entre eux, Cadoc et Padrig, manquent d’y rester lors d’un éboulement. Sauvés in extremis des décombres, ils embarquent quelques jours plus tard sur le Royal Charter, en compagnie de nombreux autres prospecteurs, pour rapporter leur or au pays. Au même moment, au sud-ouest de l’Angleterre, Jack Jones est jeune gardien d’un phare situé en haute mer, un « enfer », comme on les appelle. Cette nuit là, il aide son maître blessé à évacuer le long d’un câble, à bord d’un navire de secours, en pleine tempête. Grace à son courage, il lui sauve la vie, mais y perd un bras, en le coinçant violemment dans une poulie. Désormais manchot, Jack se retrouve affecté deux mois plus tard sur le phare de South Stack, un « purgatoire » (un phare situé sur une île côtière). Il fait connaissance de son nouveau maître, Henry Bowen, un original de réputation. Un mystère entoure cette place qui s’est récemment libérée, suite à un « accident »… Une fois sur place, après avoir traversé la passerelle de cordes qui relie l’îlot au continent, Jack est plutôt agréablement accueilli par Bowen qui lui fait une visite des lieux. Pourtant, dans les jours qui suivent, Jack surprend un étrange manège nocturne…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

A l’origine de cette histoire, le scénariste Alcante a été emballé par le lugubre d’une toile représentant le phare britannique de South Stack. Après quelques recherches sur l’histoire locale, il a habilement tissé un petit thriller fantastique, à partir de deux anecdotes tragiques bien réelles de la moitié du XIXe siècle. D’une part, il y a la mort étrange de Jack Jones lors d’un ouragan en 1859, dont le fantôme hanterait encore le phare de South Stack – une émission de téléréalité anglaise en a d’ailleurs tiré son épisode le plus réussi. D’autre part, le naufrage du trois-mâts Royal Charter (plus célèbre outre Manche que celui du Titanic), chargé de l’or des prospecteurs, fit à peu près à la même époque, la fortune de nombreux pilleurs d’épaves locaux. A partir de ces éléments, la fiction imaginée par Alcante s’affranchit totalement du souci de l’authenticité, pour en retenir judicieusement la fantasmagorie d’épouvante. L’album s’ouvre ainsi sur plusieurs théâtres d’intrigues distincts (dont un contemporaine !), dont les liens se révèleront au fil des pages. La narration est parfaitement huilée, prenante, montant en puissance jusqu’à une confrontation digne de Shining. Cette tension croissante est relayée par les ambiances et le dessin de Matteo, dans un registre sensiblement différent de ce qu’il avait montré sur Mèche rebelle et ProTecto. En effet, en laissant les coups de crayons apparents, le style est ici un poil plus spontané, débridé, plus rough aussi… mais parfaitement en phase avec l’atmosphère frissonnante requise. Bienvenue en enfer !

voir la fiche officielle ISBN 9782723475839