parution 19 janvier 2011  éditeur Glénat  collection Tcho ! La collec...
 Public enfant / ado / adulte  Thème Humour

Les Souvenirs de Mamette T2

Le Chemin des écoliers

Toujours confiée à ses grands parents, la petite Marinette intègre l’école du village et découvre les joies de l’école buissonnière. Un nouveau moment de douceur, pour ce spin-off de Mamette, aux personnages attachants.


Les Souvenirs de Mamette T2 : Le Chemin des écoliers (0), bd chez Glénat de Nob
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2011

L'histoire :

1935, quelque part dans la campagne française… Il y a déjà plusieurs semaines que Jeanne a confié sa fille à ses parents. Plusieurs semaines déjà que la petite citadine a du se faire à la vie au grand air, en compagnie de ses grands parents, un peu rustres, et de sa tante Suzon, beaucoup grognon. Marinette est une petite fille patiente, mais en lisant la dernière lettre de sa maman, elle comprend qu’elle va devoir s’habituer pour longtemps à cette nouvelle vie, qui sent le crottin et pleure l’ennui. Ses parents ont en effet décidé de divorcer : sa maman doit trouver un travail et il n’y a pour l’instant plus trop de place pour elle à Paris. Aussi, la gamine a-t-elle décidé de prendre la tangente en compagnie d’une jolie petite biquette, sa seule amie. La ville lui manque terriblement. Elle s’enfonce alors dans la forêt, décidée coute que coute à revoir la Tour Eiffel. Cependant, son périple rencontre bientôt la pluie et la nuit. Elle croit même entendre le loup. Elle s’effraie, court à perdre haleine et tombe lourdement en se blessant. Un pauvre garçon qui erre dans les parages lui vient en aide et, en la portant sur son dos, la conduit dans une cabane où il vit avec sa mère. La femme a tout l’air d’une sorcière. Elle manie d’ailleurs très bien la bouse pour la soigner. Marinette n’a cependant pas peur. Et puis, il y a un grand lit bourré de paille où elle va pouvoir s’allonger… et même rêver.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Amoureux des trémolos nostalgiques doucement teintés d’enfance et de poésie… Inspirez fort ! Préparez aussi, tant qu’à faire, vos papilles à se gorger d’émotions pour ce nouveau voyage en compagnie de la plus attendrissante des grand-mères que le 9e art ait créée. Ici, il s’agit pourtant, une deuxième fois, de se saupoudrer l’œil des aventures de son enfance. Ce temps où, en 1935, la petite Marinette qu’elle était, gagna forcée la campagne de son grand-père et de sa grognon Tatan Suzon. Le temps où maman et papa lui avaient joué le vilain tour de divorcer… Après une première immersion dans ces souvenirs, Nob poursuit donc ici le récit de cette enfance « déracinée », toujours avec cette inimitable touche alliant humour, tendresse, émotions et humanité. Ce deuxième chapitre invite la gamine à la digestion. Aussi, après la fugue dans les bois, s’adapte t-elle peu à peu à cette vie campagnarde. Elle découvre ainsi l’école du village et son acariâtre maitresse, l’école buissonnière et ses îles aux trésors, quelques amoureux et, peut-être bien même, son futur époux. A nouveau, on ne peut pas dire qu’il se passe énormément de choses, ou l’on peut regretter la maigre exploitation de l’angle choisi. Mais vous l’aurez compris, l’intérêt est bien ailleurs. D’abord dans l’universalité du propos. Adulte ou enfant, il suffit en effet juste d’avoir un cœur pour être touché et picorer un petit quelque chose auquel on peut s’identifier. Enfin, il y a la magie de ce dessin si habilement mis en couleur. Un trait qui invite à prendre le temps, à se laisser aller à la douceur et à se faire bercer par l’essentiel, en boutant les grogneries du quotidien.

voir la fiche officielle ISBN 9782723477116