parution 09 décembre 2020  éditeur Glénat  Public ado / adulte  Thème Science - fiction, Horreur

Mirages

Quatrième édition de Mirages, avec, comme à chaque publication depuis 1976, un sommaire remanié. Cette fois, on a droit à des ajouts dont des inédits et les commentaires de Philippe Druillet. Un pavé (un autre). Un bouquin monumental !


Mirages, bd chez Glénat de Druillet
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2020

L'histoire :

Lone Sloane : Le mystère des Abîmes : En l'an 800 de la nouvelle ère, sur la Vieille Terre, New Chicago est le port du ciel. Une ville gigantesque au fouillis multiple d’édifices immenses et aux rues basses et tortueuses. Sous la vigilance du palais impérial, hommes et créatures de tout l'Univers vivent, s'aiment, se battent et meurent. Aux alentours du port, foisonnent les tripots en tous genres, havres des pilotes du ciel en bordée. La rue la plus célèbre et la plus malfamée de tout New Chicago est bien celle des filles dites « de joie », tradition qui remonte, dit-on, aux origines du monde. Le plus grand choix de l'univers : femmes de Saturne, Neptune, Phobos, Pluton et d'ailleurs, du Cygne, d'Orion et d'autres encore... Mille filles de rêves, de rêves fous d'amour insensées, pour vous, hommes de l'espace. Certains vont même au-delà de l'anormal. C'est dans l'antre d'une de ces délicieuses créatures de perdition que l'on peut trouver Lone Sloane...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Même s'il disait, sous le ton de l'humour, préférer Gotlib, rares sont ceux qui ont trouvé de meilleurs mots que ceux de Pierre Desproges pour décrire l'univers et le travail de Philippe Druillet.
« Il y a chez Druillet, dans les fresques folles accouchées par son trait, comme un sanglot mystique au bord de se briser. C'est l'émergence pointue des plus extatiques flamboyances tendues vers les dieux des cieux innombrables. C'est, portée aux nues, l'irrésistible rigidité géométrique des métropoles à venir où l'homoncule bimillénaire redouté par Wells, serré dans son carcan de plastique isotherme, se meut au carré sous des bulles immuables. Druillet, c'est Wagner à ses pinceaux. C'est le chant teutonique des éternités médiévales, la conscience profonde de la gravité du monde, l'indéfectible certitude de la nécessité gothique des ordres nouveaux et l'effroi distingué de la chose guerrière. »
Mais pour qui, un jour, a rencontré cet homme, ne serait-ce que dix minutes, un mot incarne l'humain qu'il est : la générosité. Alors la profusion de détails, sa vision (ses visions) entêtante(s) d'un futur déshumanisé, où les créatures sont ravalées au rang de bêtes au comportement grégaire, les espaces immenses qu'on ne pouvait pas concevoir avant lui comme pouvant tenir sur un bout de papier, tout cela, on le connaît. Mais c'est aussi le fruit de sa générosité, traduite dans son art. Ce qu'il souligne souvent dans ce bouquin, c'est qu'on lui renvoie qu'il a désormais de nombreux « élèves » qui ont construit sur ses graines d'apocalypse, quand lui rend hommage à ceux et celles qui l'ont influencé. Druillet, c'est l'artiste de la folie épousant la SF. Alors il est impossible de passer sous silence sa conception politique de la société et du monde dans lesquels il a grandi. Une France qui bavait devant une nouvelle vague qu'il n'encaissait pas, avec une partie de la jeunesse qui, comme lui, n'aspirait qu'à pouvoir se nourrir de ce qu'aujourd'hui on appelle les cultures alternatives (même si elles ont depuis, logiquement changé de formes). Un monde qui racontait, pendant qu'il dessinait les aventures hallucinées de Sloane, que les USA et l'URSS allaient se foutre leur arsenal nucléaire sur la gueule... Ce livre retrace bien des étapes des créations de Druillet, des débuts de Sloane avec Eric Losfeld, de Pilote à Métal Hurlant en passant par des collaborations avec Serge Bihannic (Le Mage Acrylic) et Picotto (Firaz) et même des histoires écrites avec Gotlib (vous savez, le préféré de Desproges), Jacques Lob, Jean-Pierre Dionnet ! C'est peu de dire que le contenu de cette quatrième édition est dense, avec ses 368 pages et qu'il est une mine d'or dont les pépites proviennent aussi d'A suivre, de L'écho des Savnnes ou encore de couvertures de Fluide Glacial (d'où le terme légitime de ses folies augmentées). Si vous avez lu Druillet, il est certain que les temples immenses qui dominent quelque civilisation innommable vous ont marqué. Ce livre est une des portes qui vous en donne l'accès.

voir la fiche officielle ISBN 9782344037997