parution 28 août 2019  éditeur Glénat  collection 24x32
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action

Seul au monde T1

Chanteloube

Sébastien Destremau a tout sacrifié pour participer au Vendée Globe, mais la course est bien plus difficile que prévue. Une belle biographie transportée par un souffle d'aventure et d'authenticité.


 Seul au monde T1 : Chanteloube (0), bd chez Glénat de Fino
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Glénat édition 2019

L'histoire :

Sébastien Destremau arrive sur l'Atlantique Nord après une violente nuit d'intempéries. Cette fois, le voilier va à toute vitesse, porté par un vent fort. Le bateau tape sur chaque vague qu'il rencontre. Sébastien observe avec inquiétude : il a peur que la coque lâche. Il relit le mail de Claire, sa sœur, qui lui donne des conseils pour pouvoir mieux pêcher. Il faut dire qu'il n'a pas réussi à prendre grand-chose depuis le début de la course, mis à part des algues ! Cap aux Sables d'Olonne pour les dernières étapes du Vendée Globe. Il sait que celui qui était devant lui, Pieter Heerema, a atteint l'arrivée il y a deux jours. Il est désormais tout seul en lice et le dernier des derniers. Quand il arrivera aux Sables, y aura-t-il quelqu'un pour l'attendre et l'accueillir ? Peu importe : il s'en fiche, car il ne court pas après la gloire. Cela fait quatre mois qu'il est sur mer et il aura tout vécu : des moments magiques et uniques tout comme des instants de désespoir et de sombre solitude. Ses ennuis ne sont pas totalement terminés cependant : au large de l'île de Ré, son bateau est immobilisé, la quille prise dans un filet de pêche...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le Vendée Globe est certainement l'une des courses les plus fascinantes qui existe. Glénat adapte ici le roman de Sébastien Destremau : Seul au monde. Il faut dire que la vie de ce navigateur à de quoi intéresser plus d'un lecteur puisqu'il est un coureur malheureux de la fameuse course des Sables d'Olonne, arrivé bon dernier en 2017. Arrivé dernier avec plus de 50 jours de retard sur le vainqueur, Destremau n'avait rien d'une vedette et pourtant, quel destin ! Serge Fino, lui aussi en solitaire, adapte parfaitement un récit de vie fort et poignant. Jouant sur les flashbacks, il raconte pas à pas l'évolution d'un homme qui aura toujours entendu l'appel de la mer comme une bouée de sauvetage. On pourra trouver cela bavard parfois, avec beaucoup de textes en encadrés narratifs ; ou tout simplement trop réaliste. Et pourtant, cette biographie vaut vraiment le détour. Ce n'est pas seulement une ode à la navigation, même si les étapes de la course, de la préparation à l'épreuve, sont parfaitement décrites. Ce n'est pas non plus un cours pédagogique sur l'activité en mer, même si certains passages sont pointus et passionnants, avec un vocabulaire bien sûr spécialisé. Ce n'est surtout pas une façon édulcorée de raconter la vie d'un grand marin. C'est tout simplement une biographie atypique, simple et touchante. Les passages sur l'enfance de Sébastien Destrmau sont déchirants d'authenticité et la peinture du caractère bien trempé du navigateur est remarquable. D'autant que Fino s'applique à dessiner les grands espaces et la nature dans toute sa beauté. Plus à l'aise pour représenter les décors que les visages, l'artiste offre des plans prodigieux de beauté, avec une mer en vedette qui garde toute son immensité et son mystère. La couleur directe en aquarelles renforce ce dépaysement total et cette fascination de l'océan. Une superbe aventure doublée d'une histoire de vie touchante.

voir la fiche officielle ISBN 9782344030998

  • Sa note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

Ce qu'un autre en pense sur la planète BD :

Tout débute en juin 2017, au lendemain du salon du livre de mer de Noirmoutier, où Serge Fino rencontre Sébastien Destremeau. Il lui propose un projet, adapté son autobiographie Seul au monde en bande dessinée. Quelques mois plus tard, Glénat donne le feu vert au dessinateur pour se lancer dans l'aventure. Pour la première fois en 23 ans de carrière, Serge Fino se lance « seul » aux commandes : scénario, dessins et couleurs. En septembre 2019, le premier opus d'une série de cinq tomes pointe ainsi le bout de son nez. Dès la couverture, on est plongé en pleine mer avec un bateau qui trace sa route. Un effet visuel qui se retrouve page après page. Les teintes avec des traits plus libres, plus souples, aux couleurs directes, contrastent avec le dessin des personnages, de l'intérieur du bateau et des décors urbains. Deux styles s'entrechoquent et se percutent, comme la vie du navigateur qui doit faire face aux imprévus de la mer. Le personnage principal ressemble certes un peu au Janitor de François Boucq. Ce dessin assez classique n'est pas sans rappeler celui de l'ancienne génération... Cela n'empêche pas de se laisser porter dans cette odyssée humaine. A la base, le romancier trouve le juste milieu pour parler aussi bien du passé mouvementé, que de la vie d'adulte et de l'homme devant affronter la nature. Sébastien Destremeau a du apprendre sans amour paternel. La colère devient une arme qui lui permet de tout affronter. Une fougue pleine de vengeance, qui se ressent à travers une volonté sans borne. Son enthousiasme conquérant nous donne l'envie de poursuivre cette expédition pour les tomes à venir.