parution 03 octobre 2012  éditeur Grand West Editions  Public ado / adulte  Thème Humour

Les Grobec

Une famille d’oiseaux, les Grobec (sic) vivent dans une belle forêt. Mais la construction d’un vaste complexe autoroutier bouleverse leur vie. En effet , ils voient bientôt leurs enfants séduits par les mirages de la société de consommation. Un douloureu


Les Grobec, bd chez Grand West Editions de Tolla, Lopes Curval
  • Notre note Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Grey Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Grand West Editions édition 2012

L'histoire :

La forêt où vivent les oiseaux Carmen et Arthur Grobec est violemment détruite pour assurer la construction d’un vaste complexe autoroutier. Seuls le grand-duc Archibio et la chauve-souris Gilberte réussissent à conserver leur habitation. Carmen et Arthur, restés à proximité, ont à présent des petits : Linette et ses frères, Freddy, Gardel et Gomina. Ils grandissent et bientôt le conflit de génération se cristallise autour de l’accès au mirobolant complexe autoroutier et à ses merveilles, notamment les abondantes nourritures industrielles qu’il recèle… Malgré les mises en garde, les enfants quittent le nid pour vivre au plus près de ce paradis fallacieux, symbole de notre société de consommation. Mais les lumières de l’autoroute cachent bien des misères, surtout que nos héros à cervelle d’oiseau tombent dans tous les pièges : la naïve Linette se rêve en pop-star et avale tous les mensonges du premier Sans Nid Fixe venu, Aristide ; Gardel se prend pour un artiste ; Gomina est prêt à tout pour manger toujours plus. Quant à Freddy, il se met à la colle avec une paumée, Eva…Mais le pétrole n’est pas inépuisable. Bientôt le complexe est déserté. Comment nos héros, devenus ultra-dépendants d’un mode de vie éloigné de la nature, vont-ils survivre ? Dans cette épreuve, Archibio et Gilberte leur seront d’une aide précieuse.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Cet album scénarisé par Philippe Lopes Curval et dessiné par Didier Tolla paraît chez Grand Ouest Editions. Le scénariste s’est inspiré d’une scène vécue sur une aire d’autoroute pour imaginer cette histoire. Certes, on peut apprécier la portée critique de l’album, mais tout y passe sans grandes nuances : la destruction de l’environnement, les ravages du « progrès », les fausses promesses de la société de consommation, les difficultés autour de l’éducation des enfants dans le monde moderne... Et tous les maux qu’entraîne parfois la rupture avec une vie proche de la nature et les parents : « zonage », problèmes de santé, misère, délinquance, et même parfois la mort. La lourdeur du message et le nombre de clichés rendent cet album indigeste. Oui, nos héros sont des victimes d’eux-mêmes et de la société. Oui, face à cela, Carmen leur mère, pourtant institutrice, ne pourra rien. Oui, le grand-duc Archibio incarne la résistance à cette société qui mène les familles et l’environnement à la ruine… Et oui, l’amour permet de finir sur une note optimiste… Fort heureusement, malgré la noirceur du propos, le parti-pris reste celui de l’humour et le dessin de Didier Tolla le traduit bien. Un dernier élément fait qu’on digère très mal l’ensemble : le nombre impressionnant de fautes d’orthographe dans le texte (on en a noté plus de 30 en 45 pages, sans compter la couverture). A moins que cette effarante négligence ne soit censée refléter l’absence totale de culture des enfants Grobecs ?

voir la fiche officielle ISBN 9791091468046