parution 21 janvier 2011  éditeur L'Association  collection Eperluette
 Public adulte  Thème Chronique sociale, Mondes décalés, Roman graphique

Mambo

Mambo

L’histoire d’une femme poursuivie par les services fiscaux, dans un coin reculé d’Amérique du sud. Entre surréalisme exotique, douce absurdité et réflexion sur la solitude existentielle, un conte réaliste étonnant. Une belle surprise.


Mambo : Mambo (0), bd chez L'Association de Braud
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©L'Association édition 2011

L'histoire :

Petula Peet, une jeune femme fantasque, vit dans un coin isolé au fin fond de l’Amérique du sud. Au Pérou peut-être, on ne sait trop. Une chose est sûre : sa maison, sommaire, est une invitation à l’exotisme : bois, tigres et ours domestiques, téléphone, fougères russes, palmiers par dizaines et aras chantant en dessinent les contours… Devant la maison, une étendue d’eau chaude et agréable, où calme et silence sont les rois. Un beau jour, l’Etat débarque chez Petula Peet, en la personne du contrôleur des impôts. Compte-tenu des irrégularités liées au statut de la maison, l’Etat a décidé de racheter son bien à hauteur de 10 000 anciens euros. Petula fait semblant de ne rien comprendre, pour finalement assommer l’homme avec une poêle. Puis elle reçoit un coup de téléphone, lui rappelant qu’elle a un entretien d’embauche. Elle avait complètement oublié. En hâte, elle part et confie le contrôleur des impôts à son tigre. Sur le chemin, elle tombe amoureuse d’un cavalier. Problème : dès qu’elle tombe amoureuse, l’être aimé se transforme en patate ou en igname. Son cavalier a, lui aussi, une malédiction. Ses dents sont des couteaux, et dès qu’il embrasse l’être aimé, il meurt aussitôt. Petula, en tout simplicité, lui suggère d’aller chez le dentiste…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Malgré les récents problèmes rencontrés par la structure, L’Association continue de publier des auteurs de qualité. Claire Braud fait partie de ceux-là. Jeune auteure de 29 ans, inconnue de nos services, Claire Braud fait preuve ici d’une maîtrise et d’un talent impressionnants. Multipliant les digressions surréalistes mêlées d’exotisme (un tigre répondant au téléphone, un contrôleur des impôts au fin fond de la pampa), jouant le ton du vaudeville farfelu, toute cette histoire pourrait confiner à l’absurde. Claire Braud, en fait, nous fait voyager dans un monde sans repères, ni toponymie, au rythme d’une danse à quatre temps, le Mambo. Petula et les autres se déguisent alors pour mieux voir le réel et être vu dans ce réel. Avancer masqué, pour mieux se dévoiler ensuite, et découvrir l’altérité cachée, tel est le credo de Mambo, réflexion poétique sur l’amour impossible, la solitude existentielle, et le mensonge quotidien. La vie, truquée, comme l’est un tournage de film dont l’ambition est de créer du vrai avec du faux, se révèle bien légère en fait. Elle se chante et se danse sur le mode du « peu importe, nous sommes là et c’est bien comme ça ». Par bien des aspects, on pense inévitablement à Blutch, période Sunnymoon. L’auteure emprunte aussi à Blutch son graphisme dansant (celui de Péplum), fait de variations légères et aériennes, en lui ajoutant toutefois une touche très personnelle, féminine, d’une classe époustouflante. Le coup de crayon de Claire Braud est racé, précis, frais, d’une élégance et d’une épure rares. Enfin, s’affranchir du traditionnel gaufrier, c’est aussi pour Claire Braud une manière d’affirmer sa liberté, celle de ses personnages et de ses bêtes. On aime beaucoup ce récit hors du temps. On termine la lecture l’humeur légère, enchanté par ce monde fantasque débarrassé de toute contrainte. Une pause silencieuse bienvenue.

ISBN 9782844144195