parution 01 décembre 2007  éditeur Le Lombard  Public ado / adulte  Thème Autour du 9ème art, Chronique sociale, Policier

Lautner s'affiche

Album-hommage à l'un des plus grands artisans du cinéma populaire français, où plusieurs noms de la BD refondent quelques-unes des célèbres affiches du maître. Ou quand le neuvième art rencontre le septième.


Lautner s'affiche, bd chez Le Lombard de Collectif, Chanoinat, Rodrigue
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Le Lombard édition 2007

L'histoire :

Point d'histoire à résumer, on s'en doute, cet album étant un florilège de quelques films de Georges Lautner, vus sous l'angle de l'affiche. Philippe Chanoinat et Michel Rodrigue ont en effet convié 23 dessinateurs tels que Tibet, Maëster, Cromwell, Margerin et autres, à réinventer les affiches de ces classiques du cinéma. Aux manettes donc, Chanoinat, scénariste réputé donne de la plume et revisite de sa verve tranquille, teintée de nostalgie, la filmographie de cet admirable faiseur. Sans oublier d'émettre parfois son avis personnel sur tel film qui a pu, en son temps, gagner des galons qu'il estime être pour le moins immérités. A l'inverse, il redonne ses lettres de noblesse à d'autres extraits de l'œuvre du grand Georges, des films plus obscurs qui, à l'époque, n'ont pas trouvé le cœur du public ou le cerveau des critiques. Aux pinceaux et crayons, les dessinateurs bien sûr, viennent illustrer, chacun dans son style propre, leur vision personnelle des titres les plus emblématiques de la filmographie. Quand ils ne signent pas quelques portraits des acteurs principaux, ou encore illustrent des lignes de dialogues. Ce dernier exercice peut s'avérer particulièrement savoureux puisque, rappelons-le, Lautner a travaillé dans une très large mesure avec Michel Audiard, qui a jeté nombre de pépites verbales dans ces gueules de cinéma que sont Blier, Gabin, Ventura et bien d'autres.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Pour ce nouveau pont dressé entre les deux arts que sont le cinéma et la BD, pont érigé sous l'instigation du maître d'œuvre Philippe Chanoinat, la première impression qui vient est celle d'une grande inégalité. Une impression bien légitime, car comment donner un avis d'ensemble sur le travail conjoint de 23 dessinateurs différents ? Et de surcroît soumis à des sensibilités tout aussi différentes. D'où une inévitable diversité dans le traitement. Soyons honnêtes, rendre hommage à un artiste qui exerce dans un art autre que le sien ne doit pas être chose aisée. Il semblerait d'ailleurs que certains des dessinateurs en question se soient fourvoyés. C'est du moins le sentiment que donne par exemple Margerin qui signe, dans un univers graphique qui lui est personnel, sa version du film Ne nous fâchons pas. Ou encore la piètre illustration du Professionnel par Tibet qui semble ne pas avoir compris le film (ou le but de l'exercice) (ou les deux). Un hommage de ce type devrait, ce nous semble, s'apparenter à un fondu enchaîné entre les deux formes artistiques, fondu qui se serait figé en son milieu, c'est-à-dire opérer une subtile alchimie qui mêle deux univers a priori dissemblables. Sans qu'aucun des deux ne prenne le pas sur l'autre. A ce titre, signalons le travail remarquable de Jean-Pierre Gibrat, qui exécute un portrait magistral de Gabin dans toute sa splendeur « pachaesque ». Les œuvres de Boucq, Ridel, Cerqueira ou encore Dermaut sont tout aussi dignes d'intérêt. La palme (d'or) revenant au maître, le bien nommé Maëster (la couverture), qui s'en vient insuffler un vent de jeunesse revigorant au classique des classiques Tontons Flingueurs, dans une double page désopilante dont on se gardera bien de déflorer le contenu…

voir la fiche officielle ISBN 9782803623617