parution 01 juillet 2020  éditeur Paquet  Public ado / adulte  Thème Espionnage

Tempête sur Cuba

Fin 1958, un photographe accompagne l'acteur Eroll Flynn dans sa folle entreprise d'aller interview Castro, à la veille de son putsch. Un moment clé (légèrement arrangé) de l'Histoire du XXème siècle.


Tempête sur Cuba, bd chez Paquet de Ferrer Casas
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Paquet édition 2020

L'histoire :

La cinquantaine passée, l'acteur Errol Flynn embarque son copain photographe de guerre Frank Spellman sur son voilier, à destination de Cuba. Nous sommes à la fin 1958 et le président Batista n'en a plus que pour quelques jours à la tête et cet état en pleine guerre civile. Officiellement, Flynn veut que Spellman fasse des prises de vues pour son prochain film. C'est d'ailleurs l'explication qu'il a fourni à son ami pour le décider à venir... Mais réalité, l'acteur compte aller jusque danse s la Sierra Maestra, la région où Fidel Castro organise ses forces rebelles, afin de rencontrer et interviewer le futur Lider Maximo putschiste. A l'arrivée à la Havane, les deux hommes commencent par prendre du bon temps à l'hôtel. La notoriété de l'acteur l'oblige à satisfaire nombre fans par des autographes, un exercice auquel il souscrit sans déplaisir... Spellman s'ennuie. Il part exercer son métier dans les rues de la capitale, mais il est arrêté par des flics corrompus, à la solde de la mafia. Il est embarqué jusque dans un bureau situé au dernier étage d'un hôtel de luxe. Là, les mafieux (américains) le molestent et lui révèlent les réelles intention de son ami. Que l'acteur veuille faire de la publicité à un révolutionnaire pouilleux ne va pas de le sens de leurs affaires. Ils l'incitent fortement à dégager. Puis ils le jettent – au sens propre – devant le palier de son hôtel. Quand Errol Flynn retrouve son ami amoché, il est bien obligé de lui révéler son ambition politique. La manipulation agace Spellman, qui a bien l'intention de prendre le premier avion pour le continent. Mais il lui faut d'abord refaire son passeport, car les américains lui ont confisqué...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

C'est une histoire politique quasiment authentique que nous raconte là Agustin Ferrer Casas. Fin 1958, Eroll Flynn, sympathisant de gauche au faîte de sa carrière d'acteur, a réellement utilisé sa notoriété pour aller à la rencontre de Fidel Castro, à quelques jours de son putsch révolutionnaire contre le président Batista. L'objectif était effectivement de médiatiser une interview de cet homme au fort charisme... et d'en profiter pour faire sa propre publicité. Le contexte de l'époque est complexe : la présidence de Batista était corrompue, les mafieux américains avaient la main-mise sur l'économie touristique. Etant donné ces déviances, l'Etat américain aurait même soutenu (sans le dire) le putsch de Castro ! Rien de tel qu'un pareil embrouillamini pour jouer avec les nerfs du personnage de Frank Spellman, personnage presque pas fictif (le vrai photographe qui accompagna Eroll Flynn s'appelait John McKay) mais néanmoins central de ce récit d'aventure et de guerre romancé. Car de rencontres musclées en escapades et reportages photos, Spellman se retrouve en première ligne des derniers combats contre l'armée légitimiste. Il passe la majeure partie de ce périple (de 130 planches !) accompagné de Camilo Cienfuegos, un guérillero moins connu que Che Guevara, mais tout aussi important à la révolution. Casas partage donc un moment d'Histoire charnière, certes arrangé, mais néanmoins sacrément documenté et crédible. Il rend les révolutionnaires sympathiques : ils font la révolution en chantant et ne se perdent pas vraiment en pathos lorsque leurs proches tombent en martyrs. Très régulier et détaillé, son dessin participe de l'immersion. Sur une partition globalement semi-réaliste, ses personnages sont expressifs et attachants. Un dossier final remet les pendules à l'heure, entre réalité et fiction, et donne bien des clés sur le contexte politique. Une savoureuse surprise !

ISBN 9782889320769