parution 27 novembre 2019  éditeur Rackham  Public ado / adulte  Thème Autour du 9ème art

Breccia, conversations avec Juan Sasturain

Avec livre, c'est plus qu'un portrait que l'artiste argentin livre de lui-même à son « confesseur » et ami espagnol Juan Sasturain. C'est une fenêtre sur la vision qu'il avait du monde auquel il a appartenu et de l'art qu'il a servi. Un bouquin essentiel.


Breccia, conversations avec Juan Sasturain, bd chez Rackham de Sasturain, Breccia
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Rackham édition 2019

L'histoire :

Alberto Breccia. L'Argentine et son histoire avec la BD européenne, lui dont les premières influences venaient de Milton Caniff. Les codes de l'art séquentiel qu'il a révolutionnés... Ses œuvres avec Hector Oesterheld... Bien sûr, Mort Cinder, le Che, Dracula ou encore Chtulu. Ses Cauchemars ou encore Evita... autant de chefs d'œuvre. Alberto Breccia était un génie de la Bande Dessinée. Travailleur acharné, metteur au point de techniques narratives comme d'illustration, qu'il a toujours mises au service du récit, il répond ici aux questions que lui pose son ami et collaborateur Julian Sasturain. En 450 pages, il revient sur l'essentiel de sa vie. C'est ainsi qu'on accède à son intimité. Celle de ses origines, celles de son parcours professionnel émaillé d'innombrables rencontres qui contribueront à le construire et d'amitiés fortes, comme celle qu'il a entretenue avec Hugo Pratt. Un ouvrage à l'image de son œuvre : riche et dense.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

On ne se hasardera pas à brosser un portrait d'Alberto Breccia, artiste argentin né en 1919 et mort en 1993. Le livre de Juan Sasturain, avec ses 450 pages, permettra en effet au lecteur de se faire une idée précise de qui était l'auteur. Il ne s'agit pas pour autant d'entretiens qui constituent une autobiographie au sens propre, l'exercice aurait certainement mortellement ennuyé « Le Vieux » et c'est d’ailleurs la raison qui rend vaine toute tentative de les résumer. En revanche, il nous appartient de vous communiquer un peu du plaisir immense qu'on a eu à découvrir tout ce que l'artiste y livre, en pleine conscience qu'il s'adresse avant tout à ses lecteurs. Breccia revient dans un premier temps à ses origines familiales, en retraçant le contexte socio-économique de son Argentine natale. Ce point de vue sur le monde auquel il a appartenu est un fil directeur de sa pensée. Alors on accompagne l'homme autant que l'artiste dans toutes grandes étapes de sa vie, de ses premiers pas au succès international. S'il décrit aussi son processus créatif et la façon dont il s'est émancipé de ses premières influences, on trouvera aussi de nombreuses références à la narration graphique, ce qu'il explique par « dessiner des aventures et l'aventure de ne pas dessiner ». On apprendra également que celui qui possédait 600 BD que des auteurs lui ont offertes dédicacées, n'en a pas lu une seule d'entre-elles, puisqu'il n'en a quasiment plus jamais lues, une fois qu'il en a fait son métier. Cela l'ennuyait profondément et on ne peut s'empêcher de sourire, quand il confesse qu'il n'a donc jamais lu de Corto Maltese, lui qui était un intime d'Hugo Pratt, dont il se souvenait très bien qu'il lui avait raconté l'histoire d'un « Songe d'une nuit de-je-sais-quand », Blueberry ? Inintéressant et Mc Coy ? « Illisible ». Voilà pour l'anecdote. Pour le reste, c'est à dire l'essentiel, à vous de vous plonger dans cette lecture...

voir la fiche officielle ISBN 9782878272314