parution 01 décembre 2011  éditeur Soleil  collection Noctambule
 Public ado / adulte  Thème Humour

La marche du crabe T2

L'empire des crabes

Depuis que l'un des crabes carrés de l'estuaire de la Gironde a appris à tourner, deux mouvements se créent : les amateurs de rectitude et les fans de mouvement. Un plateau de fruits de mer qui ne rend pas malade mais qui fait rire !


La marche du crabe T2 : L'empire des crabes (0), bd chez Soleil de de Pins
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Soleil édition 2011

L'histoire :

Le cancer simplicimus vulgaris est un petit crabe de forme carrée, qui ne se déplace qu'en ligne droite, latéralement. Mais ce jour là, dans l'estuaire de la Gironde, un événement de portée considérable se produit. Alors qu'un bateau sombre, Soleil, l'un de ces crabes, change de direction et tourne pour éviter le navire ! Un de ses congénères l'interpelle alors et lui interdit à tout jamais de refaire ça ! Il efface même les traces de pattes dans le sable. Pour lui, un seul mot d'ordre est valable : la rectitude ! Il n'est pas le seul à observer d'un mauvais œil ce nouveau don apparu chez cette espèce. Les langoustes imaginent déjà qu'en y gagnant en mobilité, les cancers simplicimus vulgaris vont se reproduire plus facilement, et se multiplier à grande vitesse dans le bassin. Peu de temps après, deux mouvements se mettent en place chez les crabes carrés. D'un côté, les supporters de la rectitude et de l'autre, les partisans de la liberté de circuler. Pendant ce temps-là, à la surface, des journalistes spécialisés dans le documentaire remarquent que des choses étranges se produisent chez les petits crabes...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Avant de se lancer dans la bande dessinée, Arthur de Pins a créé un court métrage intitulé La révolution des crabes. Ce projet a même failli passer le cap du long métrage d'animation... mais quelques souci de financement l'en ont empêché. L'auteur des truculents Péchés mignons a donc décidé de nous dévoiler son allégorie crustacée au sein d'une trilogie de BD : La marche du crabe. Après un premier opus introductif très réussi, sa suite se montre une fois de plus de haute volée philosophique et sociale. Aussi simple que passionnante à suivre, l'histoire s'inscrit dans le prolongement logique du rebondissement final au précédent volet. Qui aurait cru que la mobilité non rectiligne de ces petits crabes carrés provoque autant de remous et déclenche même une véritable guerre entre les pro-mouvements et les antis ! En plus des crustacés, le récit s'intéresse à une équipe humaine de tournage de documentaires, ce qui offre aux lecteurs de sortir la tête de l'eau et de confronter les deux univers. L'humour est omniprésent et Arthur de Pins reste convaincant tout au long de l'album, sans jamais lasser. Visuellement, son style vectoriel est certes moins fourmillant et chiadé que dans Zombillénium. La palette de couleurs, notamment, est plus restreinte et les détails moins nombreux. Cela n'empêche pas cette Marche du crabe d'être très agréable à l’œil et de fonctionner. Une lecture conseillée !