parution 03 octobre 2018  éditeur Steinkis  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Politique

Si je t'oublie Alexandrie

A la mort de sa grand-mère, Jérémie Dres part à la recherche de ses origines juives égyptiennes… avec sa mère ! Une chronique simple et drôle sur un sujet d’une grande richesse historique.


Si je t'oublie Alexandrie, bd chez Steinkis de Dres
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Steinkis édition 2018

L'histoire :

À la mort de sa grand-mère, son grand-père parti en maison de retraite, Jérémie s’aventure dans leur appartement vide. Les souvenirs affluent. Ses grands-parents sont nés à Alexandrie en 1928 et ont été expulsés à la création de l’Etat d’Israël en 1948. Aux questions que Jérémie, jeune, leur posait sur leur enfance ou sur la Shoah, ses grands-parents ne répondaient jamais, préférant évoquer le positif et l’avenir. Parisiens d’adoption, ils voulaient montrer à leurs petits-enfants les beautés de la patrie qu’ils avaient désirée. En fouillant l’appartement sur les consignes de son grand-père, Jérémie trouve une pleine valise de photos de l’époque d’Alexandrie, qui lui rappellent la seule discussion qu’il a eue avec son grand-père sur leur enfance, juste avant de partir en maison de retraite. Ces informations lui donnent envie de partir sur les traces de ses grands-parents, à Alexandrie. Sa mère se propose, contre toute attente, pour l’accompagner…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Sept ans après Nous n’irons pas voir Auschwitz, Jérémie Dres se replonge dans son histoire familiale. Il raconte ainsi l’histoire de ses grands-parents juifs, nés dans un pays musulman. C’est une histoire étonnante, mais pas si vieille, d’un monde arabe cosmopolite, ouvert et fraternel. L’auteur livre une enquête historique très fouillée, et son histoire personnelle permet d’y ajouter une part intimiste, mais aussi, grâce à sa capacité d’autodérision, une bonne dose de sourires. Son duo avec sa mère, qu’il veut comparer dès le début avec celui entre Sean Connery et Harrison Ford dans Indiana Jones et la dernière croisade, fait naître des étincelles joliment jouissives pour le lecteur. Ce long roman graphique est agréable à lire, notamment grâce à la place centrale donnée à la narration. Le trait est d’une grande simplicité et la bichromie changeante selon les époques crée une sorte de proximité avec le lecteur. Même si Dres lui-même arrive à prendre un peu de distance, on ressort de cette lecture assez désenchanté devant la capacité des hommes à détruire ce qui semble pourtant le plus important : la fraternité, la différence… Ça reste un bel instant d’humanité.

ISBN 9782368461273