parution 16 novembre 2012  éditeur Çà et là  Public ado / adulte  Thème Chronique sociale, Fantastique - Etrange, Mondes décalés, Science - fiction Graphic Novel

Duncan le chien prodige T1

Des animaux dotés de parole, membres d'une organisation secrète, ont commis un terrible attentat. Un suspect, Pompéi, un macaque de Barbarie psychotique...Premier volet d'un puzzle graphique et narratif impressionnant. Prévu en neuf tomes !


 Duncan le chien prodige T1, comics chez Çà et là de Hines
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Çà et là édition 2012

L'histoire :

Dans le monde de Jack Hammond, agent du FBI, les animaux sont dotés de parole tandis que les êtres humains mènent toujours la danse de la course au profit. Les victimes : les animaux, vaches, rats, chiens, moutons sacrifiés sur l'autel de la recherche scientifique et de l’agriculture commerciale. Cette relation dissymétrique, cet équilibre précaire est loin de plaire à tout le monde. Notamment à l'organisation animale terroriste ORAPOST et à son leader Pompéi, un macaque psychotique. Un terrible attentat vient d'avoir lieu. Une bombe a explosé sur le campus universitaire d'Elijah Gates à Temple, en Californie. On ne dénombre pas moins d'une centaine d'étudiants morts. Jack Hammond enquête alors pour le compte du FBI, dans cette affaire où la question du droit et du bien-être des animaux semble centrale...Bref, humains et animaux cohabitent plus qu'ils ne dialoguent et ces derniers, dotés d'un esprit critique aussi affûté que celui de leurs "maîtres", entendent bien renverser le cours de "l'évolution naturelle"...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Il faut prendre le temps d'apprivoiser ce livre de quatre cents pages qu'est Duncan le chien prodige, d'y pénétrer et d'en tirer tout le plaisir possible. Oui, il mérite bien qu'on lui ménage un peu de place dans nos emplois du temps surchargés. Dans ce roman graphique exigeant, d'une ambition infinie et d'une densité rare, Adam Hines invite son lecteur à aborder différemment le média. Il multiplie ici les récits parallèles qui finissent par s'emboîter, les aère d'anecdotes en apparence insignifiantes, tisse une intrigue classique dans le fond mais envoûtante par sa forme, puis suggère plus qu'il ne cherche à convaincre, à l'appui d'un prodigieux dessin jamais démonstratif. Dans ce mille-feuille narratif, le sens émerge du croisement des récits, de leurs résonances, de leur confrontation. Et contre toute attente, une histoire riche et cohérente se trame. En alternant voix-off descriptive, dialogues sur le sens du monde, bribes de pensées éparses et mises en abîmes déroutantes, en mélangeant aussi les genres narratifs (articles de journalistes, textes littéraires, carnet intime). Pour tisser les liens, il dresse une impressionnante galerie de personnages, tous plus profonds et complexes (Aron Vollman le politique manipulateur, Voltaire le mandrill nabab, l'étrange Mme Maggie Prichard) alors que le personnage principal, Duncan, n'est évoqué que dans les pages du twist final. Aucun manichéisme ici, animaux et humains vivent en intelligence et cruauté partagées. Graphiquement, Hines s'amuse à diversifier sa palette grisée, l'éclate entre collages, schémas, jeu sur les textures et dessins réalistes plus classiques, offrant in fine un langage visuel obsédant de toute beauté, toujours en recherche et d'une belle inventivité. En un tempo langoureux, étiré ou heurté, le lecteur suit à la fois le fil d'une intrigue captivante et les réflexions des personnages sur leur condition (d'homme ou d'animal) et le sens de l'existence. Quid de l'espèce humaine ? De son avenir ? Quid du statut et des droits des animaux ? Pendant quatre cents pages, on navigue donc entre poésie ensorcelante, manipulations politiques, thriller d'anticipation et réflexions presque philosophiques, dans ce foisonnement un peu fou qui, étonnamment, déroute mais n'égare jamais. Tout simplement car Adam Hines, dont c'est le premier livre, a un projet clairement défini. Oui, vous l'aurez compris, Duncan, le chien prodige, livre polyphonique à la temporalité elliptique ou éclatée, exige un bel effort et il faut parfois s'accrocher. Mais une fois les parties assemblées, un tout esquissé émerge, où l'intelligence le dispute à l'émotion. Un projet grisant au final, pour un résultat qui envoûte par sa créativité, sa recherche permanente. Un livre qui reste en mémoire et l'une des plus belles BD de l'année 2012.

ISBN 9782916207780