parution 31 mai 2011  éditeur Cornelius  Public ado / adulte  Thème Roman graphique, Chronique sociale Graphic Novel

Mr Wonderful

Marshall, quadragénaire un brin désabusé, attend son rendez-vous dans un diner. Mais la demoiselle se fait attendre. Entre désenchantement et espoir de renaissance, une romance de milieu de vie bouleversante, signée Daniel Clowes.


Mr Wonderful, comics chez Cornelius de Clowes
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Cornelius édition 2011

L'histoire :

Les cheveux sont comme les illusions, on les perd parfois en vieillissant. Marshall, quadra grisonnant doté d’un physique banal, blasé et déprimé, est ce que l’on appelle un homme en milieu de vie. Célibataire divorcé en manque de confiance, avec en prime un niveau de vie très modeste, Marshall vit une véritable crise dans son suburb ordinaire. Heureusement, deux de ses amis lui ont arrangé un rendez-vous galant avec Nathalie, une de leurs connaissances communes. Sonnant comme sa dernière chance, l’homme y voit là un coup de pouce du destin, une chance à saisir. Le jour J est donc arrivé et Marshall, à la fois impatient et impuissant, voit les minutes défiler : la demoiselle est en retard. Plus le temps passe, plus l’espoir de voir débarquer Nathalie se réduit comme peau de chagrin. Torturé de l’esprit, Marshall ne cesse de s’interroger, de se remettre en question. Seul moyen pour combler l’attente : réfléchir. Marshall s’épanche alors en un monologue intérieur dense, sans fin, et complètement stérile : trop vieux, trop moche, trop pathétique. 38 minutes plus tard, la fille n’est toujours pas là. Alors qu’il est sur le point de partir, une femme l’interpelle : il s’agit bien de Nathalie, elle s’était simplement trompée de lieu de rendez-vous. Tout n’est donc pas perdu. Problème : la Nathalie en question ne semble pas jouer dans la même catégorie que Marshall ! Il va donc falloir déployer des trésors d’imagination pour la séduire. Ce n’est pas gagné… En tout cas, cette rencontre presque inespérée sonne comme le reflet d’une période charnière où on aimerait n’avoir jamais rien fait pour pouvoir tout recommencer…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Fini les geek névrosés, fini les ados cyniques : Daniel Clowes explore désormais les territoires de milieu de vie, dans la lignée de Wilson paru en 2010. Pour vedette, Marshall, un quadra désabusé, presque sans illusions sur le monde. Seul, divorcé et fauché, il ne lui reste plus que l’espoir d’une rencontre amoureuse. Pour décors, des banlieues américaines ordinaires et désertées, d’un ennui mortel. Prétexte à une réflexion sur la solitude, l’incommunicabilité et le besoin désespéré d'être aimé, Mr Wonderful offre une belle palette de sentiments : désenchanté ou plein d’espoir, Marshall oscille entre ironie dépressive et mélancolie joyeuse, lucidité et masochisme. Chronique douce-amère d’un amour impossible mais aussi examen lucide de la période de milieu de vie, l’opus est un appel à l'introspection courageuse en forme de bilan : qui sommes-nous ? Quelle est notre ambition ? De quoi sommes-nous capables ? On rit souvent, tant Clowes sait manier l’autodérision avec un sens de la distanciation sans pareil. Il se moque gentiment de Marshall et de lui-même, car Marshall n’est pas autre chose, finalement, que son double fantasmé. Un personnage à la fois drôle et pathétique, mais néanmoins touchant et pas complètement irrécupérable. Le trait se fait alors plus naïf, plus enfantin, traduction fidèle des états d’âme d'un antihéros habité par le spleen : à la fois spectateur de sa dérive mais aussi acteur de son éventuel salut. Non-dits, ellipses et silences contemplatifs viennent y ajouter une poésie à la douce musicalité. Clowes nous prend par la main, nous raconte une histoire pleine d’émotion et de sensibilité, avec style et élégance. Léger et grave, sombre et lumineux, tragique et romantique, le récit met au jour une alchimie des contrastes bouleversante. Alors, Mr Wonderful, simple romance désespérée ou chronique d’une possible renaissance ? Deuxième option, sans l'ombre d'un doute ! Pas de grande invention narrative ici, mais un formidable talent de conteur perceptible à chaque détour de cases, à chaque dialogue. Malgré l’absence de reconnaissance au festival d’Angoulême (livres régulièrement sélectionnés, jamais primés), Clowes n’a jamais failli dans son entreprise de surprendre, d’émouvoir et de faire rire. Une bien belle histoire, donc, sobre et touchante, brillante dans sa faculté à sublimer l’ordinaire loin des bons sentiments. Ça fait du bien… Wonderful !

ISBN 9782360810138