parution 14 octobre 2020  éditeur Delcourt  collection Contrebande
 Public ado / adulte  Thème Policier, Thriller

Le maître voleur T7

Fin de partie

Redmond est mort. Ça, c'est ce que les frères Zoubov ont voulu faire croire à tout le monde et ce qui devait arriver arriva : il va s'évader et prendre sa revanche. Un tome à la narration très classique, qui sert une aventure riche en rebondissements.


Le maître voleur T7 : Fin de partie (0), comics chez Delcourt de Lewis, Martinbrough, Lucas
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2020

L'histoire :

Conrad Paulson est connu de toutes les pègres comme étant le plus grand braqueur du monde. On l'appelle Redmond. Associé à sa femme Célia, il dort sur une fortune mais tous deux décident de repartir sur un dernier coup. Et pour cause : il y a 100 millions de dollars à la clé ! Le coup en question est monté par deux frères russes, les Zoubov, qui veulent mettre la main sur un programme informatique que détient un général en retraite de leur pays, Anatoli Gourev. L'affaire s'avère extrêmement compliquée puisque la cible et surtout le programme à ramener, sont retranchés dans un abri anti-atomique qu'il s'est approprié. De plus, Redmond, après avoir accepté, est mis au courant qu'il sera en concurrence avec deux cadors du braquage, et les trois se connaissent particulièrement bien. Redmond est piqué à vif et il est déterminé à faire le show mais ce qu'il n'a pas vu venir, c'est que c'était un coup monté et il termine sa carrière avec une balle dans la tête... A moins que cela soit une mise en scène faisant partie du piège qu'on lui a tendu...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

La série du personnage sorti tout droit de l'imagination de Robert Kirkman continue et le moins qu'on puisse dire, c'est que Brett Lewis s'en sort sacrément bien maintenant qu'il est seul à l'écriture. Alors certes, tout est cousu de fil blanc, mais c'est cette fois-ci un point fort car le polar obéit souvent à cette règle d'or : on sait très bien ce qui va se produire mais tout le plaisir tient dans la narration. Le scénariste s'en donne ici à cœur-joie : les flashbacks sont incessants, ils sont même l'axe principal qui découpe toutes les actions et amènent donc a posteriori un éclairage sur les pièges que Redmond tend à ses anciens bourreaux. Les scènes d'action sont particulièrement spectaculaires et le lecteur va voyager, de la Sibérie jusqu'en Égypte, en passant par une Suisse souvent évoquée pour ses capacités à blanchir l'argent. Le tout se situe sous fond de braquage de serveurs, de traçage à coup de satellites et de hi tek, la clé étant ce programme informatique nommé «La ruée vers l'or», susceptible de causer un krach boursier mondial. Un seul bémol cependant : la narration s'avère un brin répétitive dans son mécanisme. En effet, chaque opération est d'abord méticuleusement exposée à travers un flot de dialogues vraiment abondants, avant que l'action prenne sa place (et là, ça pète dans tous les sens). On retrouve ce schéma trois fois consécutivement donc ça fait quand même un peu-beaucoup... Heureusement, ce petit point noir est effacé par la beauté du visuel. Shawn Martinbrough envoie des planches d'une redoutable efficacité et il est arrivé à camper un personnage digne du body langage de James Bond. Froid, déterminé et intelligent, ce Maître Voleur vaut carrément le détour.

voir la fiche officielle ISBN 9782413027522