parution 14 septembre 2022  éditeur Delcourt  collection Contrebande
 Public ado / adulte  Mots clés Policier / Psychologie / Sentimental / Thriller

Reckless

Eliminer les monstres

Ethan Reckless est un privé et il va s'empêtrer dans une affaire qui mouille un magnat de l'immobilier de Los Angeles, alors que son associée de toujours le plaque. Un autre petit classique sans grande surprise mais aux rouages huilés.


Reckless : Eliminer les monstres  (0), comics chez Delcourt de Brubaker, Phillips, Phillips
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Delcourt édition 2022

L'histoire :

1988 a été une sale année. Reckless avait 37 ans et c'est l'année où il a commencé à se sentir vieux. Il commençait à se réveiller avec des douleurs de partout. Comme s'il était rouillé. Des raideurs. Des douleurs qui réveillaient les vieilles blessures. Là oiù il avait reçu une balle en premier. Là où il avit pris un coup de couteau... Sans parler de l'explosion. Comme si les cicatrices de toute une vie avaient décidé d'un coup de faire équipe pour le punir. Alors chaque matin, il prend 20 minutes pour faire des étirements, pour se décoincer. Puis une douche froide pour éloigner la douleur. Après ça, il commençait à se sentir normal. Presque normal. Mais cette nuit, il n'y a rien de normal chez lui, au cinéma El Ricardo dont il a hérité. La façade est en feu. Et à l'intérieur Anna, la personne à laquelle il tient plus que tout. Ethan ne réfléchit pas et entre en se frayant un passage entre les flammes. Mais ce n'est pas sur Anna qu'il tombe, mais sur un manche de pied de biche... Oui, 1988 a été une sale année. Une année où il a merdé pas mal, aussi...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Reckless n'était pas assez bon pour que le FBI le garde mais depuis, il met sa roublardise au service de son compte en banque, avec un petit plaisir jouissif à se considérer comme un justicier. La série est donc déjà bien installée et Brubaker nous a mis deux fois sur le cul alors on se demandait bien ce que pourrait nous réserver ce volume. Destroy All Monsters marque un tournant, car c'est le tandem qu'Ethan forme avec Anna qui est au cœur de cette nouvelle histoire. Et comme un leitmotiv, tout commence par le scène catastrophe avec un anti-héros sur le point de tout perdre, y compris la vie, sa voix-off... et le flashback pour savoir comment il en est arrivé là. Alors c'est vrai que Ed Brubaker a ses marottes, c'est vrai qu'il utilise souvent les mêmes mécanismes de narration et c'est ce qui fait sa patte mais ça déroule à nouveau 130 pages de crème de polar. D’accord, il y a les gros stéréotypes comme les politicards corrompus et partouzards mais il y a, encore et toujours depuis la création de la série, cet hommage permanent au cinéma. Y compris « physiquement » puisqu'il est le lieu du drame... Côté dessin, Sean Phillips délivre un travail d'une élégance folle. Il donne dans un style moins rude, en diversifiant l'épaisseur de ses encrages, ce qui donne, pour une fois, un aspect moins sombre à l'ensemble. Et cette volonté d'équilibrer l'aspect brutal qui colle à l'histoire et une esthétique adoucie notamment par la présence d'Anna se traduit aussi dans les couleurs douces de Jacob Phillips. Si bien que si le visuel est totalement réussi, l'histoire se lit avec plaisir, mais sans nous retourner cette fois-ci. Mais il faut remettre l'église au centre du village : Reckless, c'est 390 pages d'une histoire publiée en dix mois, trois romans graphiques ! Ed Brubaker nous dit dans la postface que le prochain sera le plus dingue : on veut bien le croire !

voir la fiche officielle ISBN 9782413044840