parution 01 avril 2003  éditeur Les Humanoïdes Associés  Public adulte  Thème Chronique sociale, Horreur

Le ventre du minotaure

Le ventre du minotaure

Beltran nous catapulte dans un métro sordide, métaphore nauséeuse de la société. Un essai angoissant et déprimant, limite schizophrène, difficile à aborder.


Le ventre du minotaure : Le ventre du minotaure (0), comics chez Les Humanoïdes Associés de Beltran
  • Notre note Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Les Humanoïdes Associés édition 2003

L'histoire :

Paul Charmillat, obscur petit employé bedonnant au visage marqué par la vie, emprunte chaque jour le métro parisien. Il s'accoutume tant bien que mal à cette promiscuité forcée. Jusqu'au jour où ceux de "la surface" le rejettent : Charmillat est licencié. Laissant malencontreusement tomber sa montre dans le wagon, Charmillat va découvrir au ras du sol les parias du métro. Il sera inexorablement entraîné dans la déchéance par cette société de rampants à laquelle il appartient désormais.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Réédité sous une couverture faussement vieillie, le Ventre du Minotaure, dessinée, scénarisée et mise en couleur par Fred Beltran en 1990, n'est pas une BD facile à aborder. Inutile de chercher un quelconque scénario au sens strict. Beltran dépeint de manière satirique notre société en s'attachant à la descente aux enfers de Charmillat sous la forme d'une dérangeante hallucination éthylique. La société, symbolisée par le métro, est partagée entre la foule des travailleurs, à « la surface », et les exclus, chômeurs et autres poivrots qui ont trouvé refuge dans ses méandres. Beltran parvient, par un dessin expressif et un choix de couleurs ternes, à nous faire ressentir les mauvais côtés du métro. Les voyageurs ont l'œil hagard ou le regard malfaisant. On en vient presque à percevoir les odeurs nauséabondes qui composent parfois leur quotidien. La subjectivité du récit, vue par les yeux de Charmillat, rend le tout très immersif, mais surtout très irrationnel. La démarche est proche de celle Lynch où, dans son film « Lost Highway », le spectateur perçoit le monde qui l'entoure à travers les yeux d'un schizophrène. C'est très certainement ce qui pourra en rebuter certains : difficile de trouver un véritable plaisir à la première lecture. Cette première oeuvre de Beltran en solo ne prend tout son sens qu’à tête reposée. L'album se clot sur cette rame de métro qui ne s'arrête jamais, ne laissant à Charmillat aucune chance de rejoindre un jour la surface.

voir la fiche officielle ISBN 9782731662184