parution 02 avril 2021  éditeur Urban Comics  Public ado / adulte  Mots clés Horreur / Humour

Basketful of heads

June et Liam vont vivre une fin d’été infernale suite à l’évasion de quatre dangereux prisonniers. Un one shot digne des plus grands récits d’horreur : génial, jubilatoire et d’une originalité à en perdre la tête !


Basketful of heads, comics chez Urban Comics de Hill, Léomacs, la Bella, Stewart, Murakami
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Urban Comics édition 2021

L'histoire :

June est heureuse avec son mec : un gentil petit flic en formation. C’est d’ailleurs son dernier jour et Liam en saura plus par la suite. Pour l’instant, les deux amoureux profitent et prennent la voiture. Pourtant, les ennuis commencent quand Liam croise son boss, Wade Clausen. Cela tombe bien car ils doivent aller manger chez eux dans quelques heures mais l’heure n’est pas à s’amuser. La police est sur les dents car quatre prisonniers de la prison de Shawshank se sont évadés. Ils étaient en train de travailler dans un verger et ont réussi à s’échapper malgré la surveillance. Le propriétaire des lieux est inquiet et a peur pour la sécurité de ses filles. Wade, lui, est totalement décontracté : c’est une affaire banale et les prisonniers n’ont rien de tueurs dangereux. Il charge Liam de prévenir sa femme qu’il aura du retard pour le dîner. Il doit d’abord résoudre cette affaire avant de les rejoindre, mais ce ne sera qu’une formalité. Du moins, c’est ce qu’il croit...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Joe Hill, fort du succès de sa série Locke and Key lance en 2019 la collection Hill House, l’héritier de Vertigo dans la branche horreur. Pour impulser le mouvement, il publie dans la foulée ce one shot assassin : Basketful of heads. Des têtes qui parlent toutes seules, une hache qui décapite sans tuer, une fille tout droit sortie d’un slasher qui devient une tueuse impitoyable, une légende magique viking... Ce fatras d’idées donne lieu à un récit pourtant parfaitement huilé et particulièrement jubilatoire. Hill calque parfaitement le ton sombre des pulps horrifiques façon Creepshow avec une maestria et une originalité qui décoiffe ! Non seulement l’histoire ne vous lâchera plus, tant la tension est immense, mais on savourera chaque dialogue délicieusement évocateur et chaque passage d’humour. Pourtant, ce n’est pas le seul tour de force que d’arriver à faire sourire dans un récit d’une cruauté sans nom. Impitoyable en effet et pas seulement parce qu’on y coupe des têtes plus facilement qu’on tranche du lard. Simplement parce que chaque personnage, dont la psychologie est superbement travaillée, a une mentalité crasse et cache de sacrés cadavres dans le placard ! Et le pire dans tout ça, c’est que les révélations choc, qui sont autant de coups incroyables portés au plexus du lecteur, sont narrées par des têtes sans corps ! De quoi avoir le souffle coupé tout en ayant furieusement l’envie macabre de découvrir ce que peut bien nous réserver ce diable de Joe Hill, qui n’a pas hérité que du nom de son père, Stephen King ! C’est là en effet qu’est l’idée de génie : les victimes, prises dans une situation folle et atroce, se mettent à table et déballent des actes ignobles. Leomacs accompagne remarquablement Joe Hill avec un dessin faussement rétro qui mime parfaitement le rythme de ce comics où l’on bascule petit à petit dans l’horreur la plus délicieusement frissonnante. Souviens-toi... l’été n’est pas fini !

ISBN 9791026821168