parution 12 juin 2020  éditeur Urban Comics  collection Black Label
 Public adulte  Thème Aventure - Action, Fantastique - Etrange Super-héros

Harleen

Harleen Quinzel mène une enquête en interrogeant les déments d’Arkham, jusqu’au jour où elle rencontre le Joker. Une œuvre géniale et fascinante : il faudrait être fou pour croire qu’on a tout vu et lu dans l’univers Batman !


Harleen, comics chez Urban Comics de Sejic
  • Notre note Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Blue Star Blue Star Blue Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Blue Star Blue Star Blue Star Blue Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Urban Comics édition 2020

L'histoire :

Elle fait souvent ce cauchemar étrange et pénétrant. Cela démarre toujours de la même façon : une nuée de chauve souris tourne autour d’elle et semble l’amener à un endroit précis, une impasse dans la rue. Un homme se tient la tête entre ses mains, visiblement en grande souffrance. Harleen tente de le soutenir et de le rassurer mais les chauve souris se font plus pressantes. Un monstre noir gigantesque veut s’emparer de l’homme à terre mais Harleen s’interpose et le fait partir. Elle redresse la victime qui lui sourit malgré son air effrayé. Et c’est sa première erreur : elle lui sourit à son tour, s’abandonnant à sa fragilité et sa souffrance. Un cauchemar en forme de stéréotype intégral. D’abord parce qu’elle s’imagine comme une belle jeune fille qui va sauver l’orphelin et qui va vivre un amour parfait grâce à cette aide. Mais c’est aussi l’autre stéréotype tout aussi de gênant, à savoir la psychiatre qui tombe amoureuse de son patient le plus touché et le plus vulnérable. Heureusement, ce ne sont que de mauvais rêves pour Harleen Quinzel qui a fort à faire dans la réalité. Elle suit en effet un ancien militaire qui a complètement craqué et s’est abandonné aux meurtres sordides à cause de la culpabilité qu’il ressent de son passé. Elle doit également faire un discours lors d’un important colloque et cette épreuve l’angoisse beaucoup car cet épisode peut décider de son avenir. Elle s’entretient donc sur les effets des psychoses et l’effet de l’empathie sur les patients. Malheureusement, cela n’a pas l’effet escompté et elle sent que son discours est un flop. Sa meilleure amie a beau la consoler, rien n’y fait. Elle est décidément bien seule dans cette ville. Elle en est là de ses réflexions tristes et mélancoliques quand elle fait une rencontre qui va bouleverser sa vie...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Harley Quinn est de plus en plus à la mode grâce à l’interprétation de Margot Robbie dans les films DC récents. Pourtant, peu de comics sont consacrés au basculement de la jeune psychiatre brillante à un arlequin fou dangereux à cause de l’amour qu’elle ressent pour le Joker. C’est d’abord Bruce Timm et Paul Dini qui imaginent ce passé incroyable dans le récit Mad Love. Aujourd’hui, c’est le même récit qui nous est proposé mais dans un style beaucoup plus adulte et réaliste dans la collection Black Label. Et à l’image de ce personnage hors normes, c’est une véritable bombe ! Incroyable plongée dans la psychanalyse et la folie, l’œuvre de Stjepan Sejic est remarquable d’intelligence et de respect pour les fans de Batman. Le propos n’est certes pas révolutionnaire mais c’est dans la narration que le comics est génial. L’artiste prend le temps, comme dans une lente introspection psychologique, et raconte avec maestria la lente descente aux enfers de la pauvre Harleen Quinzel. Les tensions sont permanentes et les moments forts sont innombrables. En effet, le comics joue à la fois sur un texte puissant et méditatif mais aussi sur une narration visuelle exceptionnelle. Si vous croyez avoir déjà tout vu dans le style graphique des comics et particulièrement dans l’univers Batman, vous serez vite surpris. On connaît le talent de Sejic et notamment sur ses covers inoubliables mais on l’avait rarement vu sur une œuvre aussi longue. Et là, quelle claque, quelle révélation ! Tout est fascinant de beauté avec des couleurs informatiques glaçantes et des personnages plus charismatiques que jamais. Sejic parvient même à créer un nouveau Joker, jeune, inquiétant et romantique à la fois. Chaque case est un bonheur des yeux, chaque planche une trouvaille graphique et scénaristique car à travers son style visuel unique, Sejic raconte parfois bien plus que les mots. Enrico Marini avait déjà fait fort dans son superbe Batman mais là, c’est peut-être encore un autre niveau. Une histoire complément folle digne de celle qui deviendra la grande Harley Quinn !

voir la fiche officielle ISBN 9791026816065