parution 01 juillet 2008  éditeur Casterman  collection Sakka
 Public ado / adulte  Thème Historique, Aventure - Action Shônen

Keiji T9

Maintenant que Keiji et Kôtaro sont attachés l'un à l'autre avec deux bombes prêtes à exploser entre eux, le combat va se terminer en quelques secondes ! Un bon tome de transition malgré quelques passages trop rapidement traités.


 Keiji T9, manga chez Casterman de Ryû, Hara
  • Notre note Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2008

L'histoire de la série :

Keiji est un guerrier au sang noble qui vit de manière extravagante, s’habille de manière voyante, aime les choses qui sortent de l’ordinaire et vit selon ses propres règles. C’est un kabuki-mono : un excentrique, vivant dans le Japon de la fin du XVIème siècle, en pleine guerre civile, le Sengoku. Il est le deuxième fils de Masuuji, le cousin de Takigawa Kazumazu, ce dernier étant le général en chef des armées d’Oda Nobunaga, un des plus puissants daimyô (nobles), mais a été adopté par Maeda Toshihisa. Son oncle est donc Maeda Toshiié, qui a prêté allégeance à Toyotomi Hideyoshi, le régent en place après la mort de Nobunaga, et ce dernier a été tellement impressionné par la personnalité de Keijii qu’il lui a attribué le kabuki-gomen, le droit privilégié de faire ce qu’il veut où il veut quand il le désire. Keiji ne vit que pour s’amuser de situations peu communes et est souvent au cœur même de tous les dangers, mettant des bâtons dans les roues de divers complots. Il est suivi dans ses pérégrinations par Sutemaru, un ancien shinobi, et Iwabé, un des protecteurs de la cour impériale…

L'histoire :

Sur la scène de la représentation de Nô à laquelle ils participaient, le chef du clan des ninjas Fûma et Keiji commencent à se battre sous les yeux de tout le gratin, notamment Mitsunari et Ieyasu. L’endroit étant isolé sur le lac, l’armée de Mitsunari, déployée pour la protection de la concubine préférée de Hideyoshi, a commencé à rejoindre la scène pour éliminer la menace, mais Kôtaro les élimine au fur et à mesure sans difficulté grâce à ses techniques d’illusions. Keiji est lui aussi perturbé par les illusions du ninja mais réussit tout de même à l’enchaîner à lui et à accrocher deux petites bombes à la chaîne qui les relie. Kôtaro est piégé : il ne peut plus utiliser sa main droite pour lancer des shurikens, et le temps qu’il fasse un mouvement en direction de Keiji de l’autre main, ce dernier aura tout le temps de dégainer son sabre et de le tuer. Alors que l’instant critique approche, Kôtaro décide de sacrifier son bras pour ne pas exploser et s’apprête donc à le trancher, mais Keiji fend l’air avec son arme et brise la lame de son adversaire. Il en profite ensuite pour le saisir et l’immobiliser et, à la grande surprise du ninja, tranche de son sabre le haut des bombes afin qu’elles ne puissent plus exploser…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Encore une fois, l’auteur nous surprend en terminant le combat Kôtaro/Keiji de manière rapide et finalement assez inattendue, même si ce qui se passe après est un classique, surtout dans cette série où Keiji finit toujours par séduire les gens qu’il rencontre. Après avoir mis un terme à la partie concernant les ninjas du clan Fûma et le complot concernant la jeune O-Fû, l’auteur nous emmène tout d’abord dans les répercutions de la relation adultère qu’a Keiji avec O-Matsu, la femme du chef du clan Maeda, ainsi que dans des chapitres où Keiji retourne sur le sentier de la guerre afin d’épauler son ami Kanetsugu sur l’île de Sado. Si la partie O-Matsu se termine un peu rapidement, on ne doute néanmoins pas que l’auteur reviendra sur le sujet dans les temps futurs. Passé cela, la seconde partie nous permet de retrouver un Keiji dans des phases de combats « couillues » qui ne manqueront pas de nous rappeler par leurs graphismes un peu exagérés certains chapitres de Hokuto no Ken (édité chez Asuka). Et cela n’est pas un hasard puisque, bien sûr, le dessinateur n’est autre que Tetsuo Hara, principalement connu chez nous par la série précitée. Mais les planches de Keiji sont bien supérieures, notamment en ce qui concerne la mise en page, les décors et arrière-plans, et même la lisibilité des combats. Le trait réaliste de l’auteur, fortement encré et avec peu de tramage, sied à merveille à ce genre d’histoires et ce manga est donc un plaisir pour les yeux. Comme toujours, sans pour autant être aux abois, on attend tout de même de pouvoir lire le prochain tome.

voir la fiche officielle ISBN 9782203015227