parution 16 février 2011  éditeur Glénat  collection Glénat Vintage
 Public ado / adulte  Thème Aventure - Action, Science - fiction Shônen

Le Voyage de Ryu T1

Longtemps cryogénisé dans l’espace, Ryu revient sur Terre et découvre que la civilisation s’est éteinte ; par contre, les monstres mutants ont proliféré ! Un classique sympathique d’anticipation post-apocalyptique réalisé par un auteur mythique.


Le Voyage de Ryu  T1, manga chez Glénat de Ishinomori
  • Notre note Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Red Star Red Star Red Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

L'histoire :

Un vaisseau spatial entre dans l’atmosphère et se pose dans une plaine aride au milieu d’une zone forestière, près d’un volcan en activité. A son bord, un jeune homme reprend conscience dans une capsule cryogénique. Personne ne vient l’aider et il en sort par ses propres moyens, avec difficulté. Et pour cause, il découvre rapidement que tout le reste de l’équipage est mort ! Le journal de bord parle d’une maladie contractée sur la 5ème planète du système solaire Sirius mais les capsules sont également endommagées... Ryu - car c’est son nom tel qu’il le découvrira bientôt dans les écrits du capitaine - ne se rappelle rien et il va redécouvrir son passé et les événements survenus après sa congélation dans le journal : il était un passager clandestin à bord d’un vaisseau dont le voyage aller-retour a duré 40 ans ! Ca y est, la mémoire lui est revenue... Il découvre ensuite la partie qu’il a passée en sommeil : sur la planète de destination, l’équipage a contracté une maladie inconnue et en est mort durant le voyage retour vers la Terre. Pourtant, dehors, personne n’est là pour l’accueillir et toute trace de civilisation semble à première vue absente : impossible qu’il soit sur Terre... Pourtant, Ryu découvre de l’asphalte et des ruines sans aucun doute humaines et doit se rendre à l’évidence : selon la théorie de la relativité – tiens, depuis quand est-il devenu calé en sciences ? - ce ne sont pas 40 années qui ont passé sur Terre, mais des centaines, suffisamment pour que la civilisation ait eu le temps de s’éteindre. Et vu les monstres mutants que Ryu va rencontrer lors de sa première exploration, il est probable que ce soit une guerre nucléaire globale qui ait complètement ravagé la planète...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Manga d’anticipation réalisé par le célèbre Ishinomori (auteur illustre au Japon, créateur de séries comme Cyborg 009, Kamen Rider ou encore Sabu to Ichi), Le voyage de Ryu part d’un synopsis relativement simple. En 2020, l’humanité commence tout juste à lancer les premiers voyages spatiaux et Ryu embarque à bord de l’un d’eux en direction du système solaire de Sirius. Mais le voyage ne se déroule pas comme prévu et voilà le jeune homme qui se réveille à l’atterrissage de son vaisseau de retour sur Terre après un sommeil cryogénique de 40 ans... qui à cause de la théorie de la relativité a duré beaucoup plus longtemps d’un point de vue terrien, probablement des centaines d’années ! Et ce que Ryu découvre alors, c’est une planète qui a visiblement été ravagée par une guerre nucléaire totale... A cela, le mangaka ajoute quelques mystères (le cerveau de Ryu semble avoir été trafiqué car le jeune homme a maintenant des connaissances inattendues et qui le dépassent totalement), mais aussi quelques éléments originaux : rencontre avec d’autres êtres humains dont les ancêtres sont partis de la Terre il y a bien longtemps et qui reviennent après plusieurs générations nées successivement dans leur vaisseau, confrontations avec les animaux sauvages mutants, mais aussi avec les descendants de la race humaine qui ont survécu à l’holocauste pour eux aussi devenir des mutants... Entre le départ de Ryu et la fin de la civilisation intervenue à un moment qu’on ne peut situer exactement, la technologie aussi a évolué et le jeune homme rencontrera donc également robots et autres cyborgs... En mélangeant ainsi l’anticipation, la SF et le post-apocalyptique pour en faire un récit d’aventure aux résonances de messages préventifs, Shotaro Ishinomori réussit le tour de force de produire une histoire prenante et riche tout en mettant en garde les lecteurs sur les dérives d’une technologie utilisée à mauvais escient qui pourraient nous conduire à un Armageddon produit de nos propres mains. Comme pour un titre comme Gen d’Hiroshima, on sent là le traumatisme d’un mangaka ayant connu la fin de la seconde guerre mondiale et les ravages des armes atomiques : s’il entrevoit bien les possibilités technologiques qui s’offrent à l’humanité, il connaît aussi ce que peuvent produire leurs dérives. La série étant parue après des titres comme Sabu to Ichi et Cyborg 009, le trait est plus maîtrisé et moins enfantin, les détails sont plus présents, les planches mieux construites et plus percutantes... bref, cela est probablement le titre le plus travaillé de l’auteur à être paru en France à ce jour. Le style ancien de l’auteur rappelle évidemment celui de Tezuka - dont il a été l’assistant, mais en plus « adulte » et en plus fourni, notamment en ce qui concerne le gros travail sur les décors, les arrière-plans et l’habillage des images, que ce soit en tramage ou en encrage. Quant à la partie « futuriste », elle est un peu retro mais ne vire pas dans le kitch et reste globalement crédible. Il est par contre un peu dommage que les éditions Glénat se contentent d’éditer l’œuvre sans aucun travail bonus à côté en dehors du 4ème de couverture : la présentation de l’auteur et de son œuvre monumentale est sommaire, tandis qu’on ne peut même pas savoir précisément quand ont été publiés les chapitres de ce manga pour la première fois au Japon (« un demi-siècle » est seulement évoqué ; ainsi, on ne sait pas précisément que l’auteur a présenté son récit dès 1971). En fait, il s’agit ici d’un titre publié dans la collection Vintage mais au format « simple » à l’image d’Ashita no Joe et non pas à l’image de Cyborg 009 qui, bien que du même auteur, a pour sa part eu droit à une édition un peu plus luxueuse (couverture plus rigide et pages bonus notamment). En dehors de cela, Le voyage de Ryu est sans nul doute un titre qui mérite d’être connu.

voir la fiche officielle ISBN 9782723477918