parution 11 avril 2013  éditeur 12 bis  Public ado / adulte  Thème Thriller

La Rage T2

Fred

Alors qu’ils tentent de sauver leur fils Théo d’une pandémie de rage horrifique, Amina et Fred mettent le doigt sur une immonde magouille mercantile. Suite (et fin ?) d’une série d’épouvante qui passe à côté de l’essentiel…


La Rage T2 : Fred (0), bd chez 12 bis de Boisserie, Kerfriden, Boubette
  • Notre note Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©12 bis édition 2013

L'histoire :

Dans un avenir proche, l’humanité toute entière subit un fléau redoutable : les enfants sont atteints par une forme de rage qui les rend monstrueux, carnivores et particulièrement agressifs envers les adultes normaux. Seules les hormones naturelles qu’ils produisent avec la puberté leur permettent de guérir… à condition de ne pas être aussitôt dévoré par les autres ! L’humanité adulte n’a pas encore trouvé de remède à la pandémie. Pour permettre à l’humanité de perdurer, une frange d’entre eux mène régulièrement des expéditions commandos afin de sauver des pubères en devenir avant qu’ils ne se fassent bouffer. Mais l’état transitoire des ados demeurant féroce, ils sont endormis avec des seringues hypodermiques, puis enfermés dans des cages. Infirmière de formation, Amina s’est arrangée pour entrer dans ces factions gouvernementales, afin de sauver discrètement son fils Théo. Le compagnon d’Amina, Fred, a quant à lui inversement rejoint des milices pirates, qui prônent une éradication pure et simple des « gaminz » (pour gamins zombies). Eux font des sorties d’épuration dans les groupes d’infectés, canardant à tout va. En leur sein, Fred découvre que sous couvert d’éradication, les milices exécutent aussi des contrats pour un mystérieux commanditaire…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans le premier tome de cette série d’anticipation et d’horreur, nous avons découvert à travers les yeux d’Amina une humanité atteinte par une abominable Rage zombifique, qui ne touche que les enfants. Voyons les choses à présent selon le point de vue de son compagnon, Fred, qui a rejoint une frange extrême de l’humanité : eux prônent l’éradication des enfants, plutôt que leur sauvetage, jugé illusoire. La narration est donc tour à tour, puis concomitamment, portée par les deux membres du couple, initialement séparés par leurs idéologies. Mais dans un tel contexte de crise, l’amour parental pardonne tous les comportements. Il y aurait surtout une forme de propos politique à travers cette histoire scénarisée par Pierre Boisserie, concernant la radicalisation des solutions pour sauver une société… Mais l’auteur n’en fait point de trop dans cette optique, se contentant de mettre en scène opérations commandos, desseins parentaux et dérives mercantiles issues de cette situation désastreuse. Sans se départir de sa dimension d’épouvante, forcément piquante, la série se déporte donc sur le terrain de l’action et des magouilles, option manichéisme très conventionnel… Elle converge surtout vers un problème familial très restreint. Mais le plus dommageable vient de la mise en scène : au dessin, Malo Kerfriden se contente la plupart du temps de cadrer des personnages sur leurs faciès (fluctuants) ou en buste, sans grande inspiration, souvent sans décors. Sur un sujet pareil, il y avait sans doute matière à élargir le panorama, à donner plus de perspectives sur cette société déliquescente, sur les angoisses et les espoirs d’une humanité crépusculaire. Reste la sensation d’une série qui est passée à côté de son sujet…

voir la fiche officielle ISBN 9782356483546