parution 01 avril 2010  éditeur 12 bis  Public ado / adulte  Thème Guerre, Thriller

Un long destin de sang T1

En 1918, un journaliste enquête sur le carnage suspect d'un régiment complet, au sein d'une tranchée. Plusieurs protagonistes civils vont être mêlés de près aux révélations. Savoureuse mise en place d'un thriller en deux actes, sur fond de guerre.


Un long destin de sang T1, bd chez 12 bis de Bollée, Bedouel
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©12 bis édition 2010

L'histoire :

Le 31 mars 1918. La nation française n’en peut plus de ce conflit atroce qui perdure depuis plus de 3 ans. En marge d’un front enlisé dans une guerre de tranchée, la capitale est bombardée par un canon à longue portée, caché à plus de 100 km dans la forêt de Saint-Gobain. A chaque alerte, les parisiens se cachent dans des abris de fortune. Un tragique évènement va se dérouler dans ce contexte, auquel vont participer malgré eux divers protagonistes. Hélène Brion, institutrice dans le civil et militante pacifiste dans la clandestinité, est également marraine de guerre de Gaston Beauchamp, jeune soldat en permission. Tous deux se rencontrent ce jour pour la première fois, à la terrasse d’un café. A ce moment, René Féraud, imprimeur quelque peu bougon, apporte à la jeune femme un paquet de tracts de propagande anti-guerre. A ce moment, le pacifisme est fortement réprimé et Féraud craint d’être pris en plein délit par la police militaire, trop présente à son goût, ces derniers temps. Au même moment, un journaliste militaire tombe sur un scoop : le développement de la pellicule d’un appareil kodak d’un poilu anonyme révèle que le 418e régiment d’infanterie n’est pas mort gazé au chlore comme les autorités l’ont affirmé : sur les clichés, les soldats sont éventrés, massacrés… Il décide aussitôt de confronter ces photos au général Auguste-Marie des Rozières, en retraite depuis peu, qui avait en charge cette compagnie…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le premier volet de ce diptyque expose une enquête à hautes tensions, au plus profond du contexte de la première guerre mondiale, côté civil. Au printemps 1918, par un hasard légèrement commode, un journaliste trouve la preuve photographique qu’un régiment complet n’est pas mort gazé, comme l’ont avancé les autorités militaires, mais copieusement massacré. Par qui ? Pourquoi ? Et surtout pourquoi avoir pris la peine de maquiller l’origine de cette hécatombe dans le contexte ipso facto meurtrier des tranchés ? Le scénariste Laurent-Frédéric Bollée exploite ici un fait historique authentique, sur un mode à cheval entre le thriller et la pièce de théâtre, en un récit particulièrement bien huilé. Le dessinateur Fabien Bedouel, qui s’est déjà fait remarquer dans L’or et le sang, met en scène cette mécanique diabolique en empruntant un visuel sombre, fortement encré, n’hésitant pas à déverser de grosses masses de noir, subordonnées à un sentiment permanent d’apocalypse. Dans ce premier opus, quant à lui, le parti-pris narratif consiste le plus souvent à morceler et entremêler les scènes entre elles, de manière assez compacte (on saute de contexte d’une case à l’autre, parfois plusieurs fois par planche). L’effet positif immédiat est une tension soutenue ; la contrepartie demande un minimum de concentration à la première lecture. D’autant plus que les acteurs sont légion, que leurs origines sociales et leurs motivations personnelles sont hétéroclites. Pour aider, une liste des protagonistes est établie en page de garde de l’album, par ordre d’entrée en scène, comme s’il s’agissait d’une tragédie classique. Le lecteur aura raison de se soumettre à l’effort requis : une fois cet acte ponctué d’un coup de semonce, on est piqué d’en connaître le dénouement. Faisons confiance à Laurent-Frédéric Bollée pour tirer le meilleur profit de la problématique et des « acteurs » désormais bien en place…

voir la fiche officielle ISBN 9782356481184