parution 05 octobre 2018  éditeur Au coin du feu  Public ado / adulte  Thème Guerre

Tu me manques

Un poilu revient du front avec un traumatisme psychologique profond, que tente d’apaiser sa femme. Elle découvrira un terrible secret. Une variante prenante sur le stress post-traumatique du soldat.


Tu me manques, bd chez Au coin du feu de Trilling, Carbone, Lebrun
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Au coin du feu édition 2018

L'histoire :

Vers la fin de la première guerre mondiale, Mathias et Claude Corence, deux frères jumeaux, combattent ensemble dans la même unité, sur la ligne de front. En ce temps-là, la guerre évolue vers un nouveau domaine : au-dessus d’eux, les combats aériens font rage. Un avion allié vient alors se crasher à proximité de leur tranchée. N’écoutant que son courage, Claude sort sous une pluie de bombes et les rafales de mitraillettes, pour essayer de sauver le pilote. Or un obus explose pile sur le chemin qu’il doit parcourir… Mathias sera le seul à revenir dans sa famille, après l’armistice. Mathias retrouve alors sa femme Marie, ainsi que ses parents, mais il est psychologiquement traumatisé. Fermé, distant, perdu dans ses pensées… Il culpabilise, visiblement, et refuse de voir un psychologue qui pourrait l’aider à surpasser son trouble. Il s’enferme dans le labeur à la ferme et ne touche plus sa femme, qui s’inquiète. Il réclame juste du temps à Marie, qui accepte d’être patiente. Quelques semaines plus tard, il lui annonce que l’armée le rappelle, pour une période de 3 mois : il doit surveiller le processus d’armistice en Rhénanie. Mais avant de partir, Mathias explique à sa femme l’irrémédiable dissension qui existait entre son père et son frère. Ce comportement cacherait-il autre chose que le traumatisme inhérent à la plupart des poilus revenus indemnes du front ?

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Au sortir des commémorations du centenaire de l’Armistice, nos contemporains ont tous eu l’occasion de réviser les attributs de cette première boucherie mondiale. Avec la contribution du dessinateur Domenico Carbone, le scénariste Bruno Trilling nous plonge quant à lui dans le traumatisme psychologique suspect d’un poilu, au lendemain de la guerre. Mathias n’est pas une « gueule cassée », mais il trimballe intérieurement la culpabilité de la mort de son jumeau, visiblement accompagnée d’un lourd secret, qu’il cache à sa femme et à ses parents. La raison de ce comportement suspect se révélera progressivement au lecteur, au fil des flashbacks et des révélations de Mathias, un peu à la manière dont se composent les Secrets de Frank Giroud. Tendue par cette énigme fuyante, l’intrigue s’avère plutôt accrocheuse ; quoique l’explication finale se révélera peut-être légèrement tirée par les cheveux (logique, me direz-vous, s’agissant de poilus…). Cela dit, la narration, le découpage et la mise en scène sont justes, ni trop bavardes, ni trop superficielles, réservant ce qu’il faut de dialogues bien écrits, et de séquences muettes, mais tout ce qu’il faut d’éloquentes. De même, la partition graphique de Carbone fait plutôt bien le job et n’a rien d’amateur, ce qui n’est pas si courant pour un album auto-produit (sous la bannière « Au coin du feu ») en dehors des circuits des grands éditeurs. On peut juste lui reprocher par moment un encrage très appuyé et tranchant avec la colorisation fade / lumineuse, pour un rendu qui fraye avec la saturation. Et un manque de marges blanches autour des pages, qui aurait permis d’aérer un chouya la lecture.

voir la fiche officielle ISBN 9782956572107