parution 10 octobre 2012  éditeur Bamboo  collection Grand angle
 Public ado / adulte  Thème Historique

Le Train des orphelins – cycle 1 : , T1

Jim

En 1920, deux orphelins traversent les USA en train, en compagnie de dizaines d'autres, pour être confiés à des familles d’accueil. Premier opus d’une histoire sensible et tragique des « Orphan Train Riders »…


Le Train des orphelins – cycle 1 : , T1 : Jim (0), bd chez Bamboo de Charlot, Fourquemin, Smulkowski
  • Notre note : Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star
  • Scénario : Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star
  • dessin : Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star
©Bamboo édition 2012

L'histoire :

Un jour d’automne 1990, un vieil homme sonne à l’entrée d’une maison bourgeoise de Syracuse (état de New York). Harvey Young vient rendre une visite lourde de sens à un vieil avocat en fauteuil roulant… qui l’appelle Jim. L’histoire de Jim a basculé bien des années plus tôt, en 1920, alors qu’il n’était qu’un enfant. A l’époque Jim et son frère Joey sont abandonnés par leur père dans un orphelinat, parmi bien d’autres gamins. Une vieille femme, veuve d’un pasteur, propose alors au directeur de l’établissement d’encadrer un convoi ferroviaire d’enfants à destination de l’Ouest américain. Dans chaque ville-étape où s’arrêtera le train, une « distribution » d’enfants sera gratuitement proposée aux agriculteurs locaux qui ont besoin de main d’œuvre. Au départ en gare de New York, la jeune Lisa ainsi que Mr Coleman aident ainsi la veuve à encadrer une douzaine de gosses de tous âges. Mais alors que les enfants sont déjà dans le train, et que le départ est imminent, Jim aperçoit son père sur le quai ! Jim croit qu’il est venu les rechercher… En réalité, celui-ci amène la petite sœur Anna en sus. Le père donne à Jim un papier sur lequel il dit que se trouve son adresse, pour qu’il puisse lui écrire plus tard…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

C’est en discutant avec un ami musicien américain, que Philippe Charlot a eu l’idée de raconter le programme de placement d’enfants des rues de New York vers des familles du Middle West au XIXème siècle. Les « Orphan Train Riders » sont authentiques : à l’époque (entre 1854 et 1929), les orphelins étaient déracinés sans la moindre photo ou adresse de leurs familles naturelles et on leur demandait d’accepter de débuter une nouvelle vie. Des fratries ont ainsi été tragiquement disloquées… Faute de traces, il a souvent été impossible, bien des années plus tard, aux adultes en quête d’identité, de renouer les liens du sang. Aujourd’hui, de tels procédés paraitraient aberrants… mais remis dans le contexte de l’époque, où la vision de l’enfance n’avait rien à voir avec la nôtre, les associations qui ont pratiqué de tels placements partaient d’une triple bonne intention : accorder une structure familiale à des enfants qui en étaient dépourvus ; apporter une main d’œuvre bon marché au développement du pays ; et surtout régler le problème de la délinquance à New York. Mais vous en saurez plus sur ces enfants du rail en consultant le dossier didactique placé en annexe de ce tome 1. Avant cela et prioritairement, Charlot scénarise un récit sensible à travers l’histoire des frères Jim et Joey Smith (et de leur petite sœur Anna), alternant une trame en 1920 et une autre en 1989. Car en flash-forward et suivant un fil rouge récurrent, une séquence suit un enfant devenu vieillard, qui cherche visiblement réparation. Le dessin semi-réaliste de Xavier Fourquemin s’interpose à merveille pour soulager le tragique des situations. Fourquemin adore en effet les histoires mettant en scène des enfants et cela se sent dans son char-design vivant et attachant. Un tour relativement exhaustif de l’histoire des Orphan Train Riders se met en place, qui devrait s’étaler sur 4 tomes… voire en documentaire pour la télévision (un film est en projet).