Tattoo mania T2, bd chez Bamboo de Cazenove, Di Martino, Loïs ©Bamboo édition 2013

Tattoo mania T2

Trois tatoueurs professionnels se frottent aux demandes parfois incongrues de leurs clients et rivalisent d’ingéniosité pour diversifier leur art. Un « humour job » réussi, pour lecteurs responsables, qui pointe une pratique à la mode…

L'histoire : Nos amis sont tatoueurs professionnels, au sein de deux boutiques qui ont pignon sur rue. Eagle, le patron de Tattoo, est du type Hell’s angels : spécialité têtes de mort enflammées et dragons griffus. Il forme sa fille Bethany, une punkette de bonne volonté, qui peine toutefois à diversifier ses sujets. Il s’entend à merveille avec la boutique concurrente Ink Rip, tenue par un petit japonais plutôt versé dans l’idéogramme et l’approche philosophique de son art. Ils ont tous un grand respect du client, c’est-à-dire qu’ils respectent scrupuleusement les normes d’hygiène et qu’ils s’assurent toujours que le client a bien compris qu’un tatouage n’était pas une démarche anodine : le dessin représenté sera définitif et en général ostensible. A partir de là, le client est roi : s’il veut un papillon sur le crâne, pas de souci – surtout s’il est un criminel en fuite qui souhaite se distinguer de son portrait judiciaire. Aucune objection non plus concernant le prénom qu’un jeune homme fait tatouer chaque jour sur une conquête féminine différente – afin de pouvoir les distinguer et ne pas butiner deux fois la même. Et si le client s’enfuit parce que ça fait trop mal, Eagle le retrouvera assurément pour terminer le boulot ! Il y en a même qui se font tatouer des planches de BD entières… il faut juste être réunis pour pouvoir lire l’histoire complète…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :  Parmi les Humour job de Bamboo, seul le métier de Tatoueur est publié en grand format, certainement parce qu’il s’adresse plus volontiers aux adultes. Il n’y a pourtant guère de « nus » dans cette série qui reste grand-public et le risque est donc limité de la confier aux ados… sauf peut-être à leur donner envie de se faire tatouer : c’est une pratique à la mode depuis une dizaine d’années. Et c’est justement sur la mode et la démocratisation de cet usage que surfe la série. Tattoo mania contribue à banaliser le choix du tatouage, mais en insistant sur les conséquences sociales et sanitaires qu’il implique : se faire tatouer n’est jamais anodin. Sous l’impulsion de Christophe Cazenove, l’humour consensuel parvient tout de même à se renouveler – ce qui n’est jamais évident lorsqu’on cible un domaine aussi précis – et à cerner nombre de compartiments de son sujet. Les gags jouent tantôt sur les demandes aberrantes des clients (une planche de BD, un tatouage en 3D, un surfeur à 80 balais…) tantôt sur les idées variées des tatoueurs pour diversifier leur art (l’invention d’un système de rétroviseurs pour pouvoir contempler son dos, le tatouage instinctif dans le noir, l’auto-tatouage dans la nuque, le motif interminable qui dure des mois…). Tout cela est mis en scène avec le dessin humoristique indispensable, ultra lisible et expressif de Richard Di Martino.

  • scénar dessin


3 mars 2013



Pour être alerté par email dès la publication d'une chronique dans cette série,
saisissez  et



prix 11.90-5% = 11.31

sur


 Tattoo mania T2, bd chez Bamboo de Cazenove, Di Martino, Loïs ©Bamboo édition 2013

27 février 2013

Bamboo

voir la fiche officielle

9782818923023

ado / adulte

Humour

Tattoo mania série en cours en France
2 albums parus Nos chroniques dans cette série :