parution 03 juin 2009  éditeur Bamboo  collection Grand angle
 Public ado / adulte  Thème Guerre

Tranquille courage T1

Lors du débarquement de juin 1944, un paysan normand apporte secrètement son aide à un pilote américain crashé sur ses terres. Premier volet d'une belle et authentique aventure humaine...


 Tranquille courage T1, bd chez Bamboo de Merle, Tefenkgi
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Bamboo édition 2009

L'histoire :

Au printemps 1944, même dans la campagne environnante d’Avranches et de Brecey, l’occupation est prégnante. Quand les « Chleuhs » ne viennent pas soutirer du calva ou des œufs pour leurs petites fêtes, ils réquisitionnent les hommes pour garder, la nuit, les lignes téléphoniques. Auguste Briant, fermier, est souvent de la partie avec ses collègues et quelques bouteilles de calva… ce qui lui vaut de rentrer souvent ivre au petit matin. Un jour, une pluie de tracts annonce ce que tous attendent avec jubilation : le débarquement est imminent, les populations sont invitées à fuir les villes. Le 10 juin, tandis que la ville d’Avranches est copieusement arrosée de bombes, René et Bernard, les fils d’Auguste, sont occupés à traire leurs vaches. Soudain, un avion P47 Thunderbolt passe en rase-motte au dessus de leurs têtes, en perdition, gravement endommagé par les tirs de DCA allemands. Le soir même, la Manon, une voisine dit à Auguste avoir aperçu le pilote se réfugier dans une de ses granges. La nuit tombée, le père s’y rend, une fourche à la main et surprend effectivement l’américain apeuré, méfiant, quelques côtes cassées. Il le nourrit et décide de continuer à le cacher aux autorités allemandes, malgré les risques…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le premier volume de ce diptyque sort subtilement alors que l’Europe s’apprête à célébrer le 65e anniversaire du débarquement en Normandie. Relativement codifié, le genre du récit de guerre emprunte souvent des voies narratives classiques, qui nous parlent d’autant plus que cette période tragique est encore très proche de nous. Car c’est bien la somme de toutes ces petites histoires héroïques qui ont fait la grande. Dans la même veine que le film Le Père tranquille (de René Clément, avec Noël Noël), il s’agit ici de le la chronique authentique d’un paysan normand, venu en aide à un pilote américain crashé sur ses terres durant le débarquement, et en dépit des risques encourus par sa famille. Maîtrisé et mesuré, juste légèrement romancé à des fins de fluidité narratives, le scénario d’Olivier Merle ne cherche ni le pathos, ni le spectaculaire. Le Tranquille courage de cet homme demeure le sujet central de ce premier tome… et semble s’orienter vers une issu tragique (au tome 2). Pour assurer le dessin, Alexandre Tefengki n’avait jusqu’à présent dessiné que de courtes histoires dans Spirou et divers collectifs. Dans des décors d’époque correctement plantés (certes ici très champêtres), il anime un héros potelé et attachant, physiquement entre le Jean Gabin de la Horse et le Gérard Jugnot de Monsieur Batignolles, avec le caractère de Philippe Noiret. Encore un peu irrégulier, avec encore une belle marge de progression devant lui, il met toutefois fort correctement en place cette histoire emplie d’humanité. A noter : avec la première édition, les auteurs et l’éditeur ont concocté un cahier documentaire de 8 pages resituant le contexte, avec photos d’archives et croquis à l’appui.