parution 03 septembre 2014  éditeur Casterman  Public enfant / ado / adulte  Thème Historique

Alésia

Persuadé de pouvoir prendre César à son propre jeu, Vercingétorix s’enferme dans Alésia et s’apprête à subir le siège. Le récit imagé de la célèbre défaite gauloise en -52 av. J-C au plus près des (in-)certitudes de l’Histoire.


Alésia, bd chez Casterman de Davoz, Wyllow, Torton
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Grey Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2014

L'histoire :

Nous sommes au mois d’août, en -52 avant J.-C. Confronté à une révolte généralisée de la plupart des peuples de Gaule, le proconsul romain Caius Julius César a récemment été défait à Gergovie et ses armées ont été contraintes d’opérer un retrait stratégique en Narbonnaise. Désigné Vercingétorix par les siens pour commander leurs troupes rassemblées, l‘Arverne Celtillos avait jusqu’alors pratiqué une tactique de la terre brûlée en harcelant les légions à l’aide d’une cavalerie gauloise nombreuse et efficace. Autrefois auxiliaire militaire aux forces romaines, le jeune homme, comme beaucoup d’autres cavaliers gaulois, a en effet été formé à l’école de la discipline romaine et en a appris l’organisation. Mais fort de son précédent succès, Celtillos croit à présent pouvoir gagner la guerre : il imagine s’enfermer avec ses fidèles dans l’oppidum d’Alésia, tandis qu’une autre partie des armées gauloises prendraient César à revers. Conscient du risque, mais tout aussi décidé à en finir, César ordonne à son légat Labienus, qu’il avait envoyé soumettre les Parisii, de revenir. Et les légions mettent le siège devant Alésia. De l’unité des Gaulois dépendra l’issu du combat et le sort de toute la Gaule…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le mot prêté à nos ancêtres Gaulois dans Astérix et le bouclier arverne est célèbre : « Alésia ? Connais pas Alésia ! Je ne sais pas où ça se trouve Alésia ! Personne ne sait où se trouve Alésia ! ». De fait, la controverse demeure quant à la localisation exacte de l’oppidum : du côté d’Alise-Sainte-Reine en Côte-d’Or ou alors plus au nord en Franche-Comté ? Qu’importe. Alors qu’à l’époque, on souhaitait oublier l’événement, aujourd’hui les bandes dessinées fleurissent qui tentent de le raconter par le détail (tandis que pas une n’est consacré à Gergovie !). Fort de l’héritage de Jacques Martin, les éditions Casterman ont ainsi confié à un duo d’auteurs nantais, Pascal Davoz au scénario et Wyllow au dessin, le soin d’imaginer les événements d’Alésia à la lumière des certitudes – et incertitudes – des actuelles connaissances historiques. Passionné d’Histoire, le premier a consacré quatre albums déjà à Napoléon. Et peut-être les similitudes que l’on esquisse parfois entre Austerlitz et Gergovie et le génie militaire du Corse et de César l’ont-ils intéressé ? Solidement documenté, l’auteur nous livre en tout cas un récit par certains côtés déroutant, où la psychologie imaginée des personnages les fait paraître moins invincibles et très humains au quotidien du combat. De fait, César et Vercingétorix sont traités sur un pied d’égalité et seule la victoire – ou la traîtrise – les distinguent finalement pour la postérité. A bien lire le panégyrique césarien de La Guerre des Gaules, on devine en effet qu’il s’en est fallu d’un rien (…). Quant à la qualité graphique de l’album, si elle peut sembler manquer de virtuosité et de magnificence, elle a pour elle la précision du détail et la volonté de vous transporter quelques 2 millénaires en arrière, au temps de nos ancêtres Gaulois et Romains !

voir la fiche officielle ISBN 9782203025448