parution 01 mars 2009  éditeur Casterman  collection Kstr
 Public ado / adulte  Thème Policier, Espionnage

Colères

En aidant un condamné à échapper à la police, un chemineau se retrouve mêlé à un complot politique de grande ampleur. Un polar à la française, dans l'esprit des films des sixties... Exquis.


Colères, bd chez Casterman de Mercier, Filippi
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2009

L'histoire :

Roger Bollard a eu beau clamer son innocence, il a été condamné pour un meurtre qu’il n’a pas commis. Il est aujourd’hui escorté par deux policiers, en train, jusqu'au pénitencier. Mais Bollard n’entend pas se laisser faire : il profite d’une pause pipi pour neutraliser l’un des deux policiers et saute du train en marche. Blessé à la cheville, il se planque plus tard dans le wagon d’une gare de triage, lorsque Georges Trauven, cheminot quinqua, l’aperçoit. Peu effarouché par les menottes que Roger porte aux poignets, Georges sonde le bonhomme et se forge quasiment instantanément son opinion : il va l’aider. Alors que la gare est investie par les forces de gendarmerie, Georges lui fournit alors des vêtements et parvient à l’exfiltrer de la place jusque chez lui. Roger fait alors connaissance avec la fille de Georges, Line, puis il téléphone à ses contacts, pour fuir vers l’Italie. Cependant, c’est un tout autre comité d’accueil qui débarque : un mafieux se faisant appeler le « colonel », des gorilles en armes et un macchabé sur les bras. Roger est rattrapé par le « complot politique » dont il est victime… Les gangsters ligotent tout le monde et devant le refus de Roger de leur remettre des papiers compromettants, ils l’emmènent pour être torturé…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

One-shot édité au sein de la djeunz collection Kstr, Colères se présente comme un p’tit polar franchouillard, mâtiné d’espionnage. Au delà d’un cœur d’intrigue très agréable, le scénariste Mathias Mercier a visiblement cherché à retrouver une certaine ambiance des polars noirs, tendances films des années 60 avec Ventura et Bébel (d’ailleurs, le personnage de Georges a un petit quelque chose…). Dans ce sens, c’est réussi, notamment grâce à un sens du dialogue parfaitement maîtrisé, au côté frondeur et à la gouaille des personnages. Solidement campés dans les sixties françaises, les nombreux protagonistes évoluent tout au long des 98 planches dans des contextes également bien balisés. A la suite de Georges, Roger, Pavel, Line, la Tige et le commissaire Mesmino, on se fond dans les milieux du grand-banditisme, des courses hippiques, des chemineaux et de la politique de haut-niveau. Et à chaque fois, le ton y est, l’immersion fonctionne. Au dessin, Paul Filippi (pour qui il s’agit du tout premier album) se fait remarquer en employant un style… innovant (et oui, c’est encore possible !), cohérent et régulier. Son trait semble « mou », comme si le crayon s’était acquitté d’un support papier en mouvements… A lecture, cela donne l’impression de regarder les planches à travers un aquarium, mais ce visuel particulier s’adopte rapidement et ne perturbe pas le plaisir de la lecture. Evidemment, ce choix graphique n’aide pas toujours à distinguer les personnages entre eux… et c’est un peu le seul reproche qu’on peut émettre à l’encontre de ce style de dessin – une nouvelle fois – inédit. De jeunes auteurs, un visuel hors norme, un récit énergique et réussi, une parfaite liberté de ton et d’édition… Le cahier des charges Kstr est à 100% respecté !

voir la fiche officielle ISBN 9782203012271