parution 13 septembre 2017  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Conte - Féerie, Anticipation

Epiphania T1

Rescapé d’une apocalypse, Davis se retrouve père adoptif d’un enfant-monstre né de la terre. Premier opus d’une parabole sociale post-apo, typique de l’œuvre psychanalytique de Debeurme.


 Epiphania T1, bd chez Casterman de Debeurme, Michaelis
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2017

L'histoire :

Le couple de Jeanne et David ne se porte pas au mieux, en raison des angoisses de David concernant le désir d’enfant de sa femme. Il fait des cauchemars dingues, au cours desquels sa femme accouche d’un monstre. Aussi, participent-ils à un stage de psychologie de groupe, sur une île isolée, le « Love Training Camp ». Le docteur Krüpa, animateur du protocole, y accueille tous les participants avec bienveillance. Il les installe dans leurs bungalows et organise une première séance de discussion en commun. Mais après la première soirée, une terrible tempête se lève durant la nuit. Jeanne et David sortent de leur bungalow pour aller se réfugier au sommet de l’île, en compagnie d’autres stagiaires, car l’eau monte. De loin, dans la tourmente et l’obscurité, ils aperçoivent trois espèces de météorites qui s’écrasent sur le continent. Puis c’est l’horreur : un tsunami s’abat sur l’île. David parvient à s’agripper à un cocotier et à sauver Krüpa. Quand le jour se lève, avec l’accalmie revenue, ils se retrouvent les deux seuls rescapés de la catastrophe. Ils parviennent à rejoindre le continent à l’aide d’une barque retapée. Ils découvrent alors un paysage en ruine : la mer a aussi submergé les côtes. Mystérieusement, des petits monticules noirs sortent par endroits de terre. David et Krüpa observent avec effroi des scientifiques en combinaisons qui extraient l’une de ces bosses de terre : il s’agit d’un corps de bébé, qui se calcine immédiatement au contact de l’air…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Le premier tome (sur 3 prévus) d’Epiphania se présente d’emblée comme un récit post-apocalyptique dérangeant, qui convoque le fantastique (grave) pour interroger notre rapport à la parentalité. Comme souvent en matière d’apocalypse, tout commence par un bon vieux déluge, qui laisse place à un monde nouveau, comme reformaté. Dans ce nouveau monde bizarre, des enfants naissent de la terre (au sens propre) et le héros looké hipster se retrouve à devoir affronter son pire cauchemar : assumer la monoparentalité d’un enfant-monstre. Ludovic Debeurme convoque les thématiques récurrentes de ses précédentes œuvres : le rapport à la psychanalyse, les monstres humains, les visions oniriques ; mais aussi la conscience écologique (les mixbodies nés de la terre-mère Gaïa, en révolte), le délitement social de notre société (le rejet de l’étranger), un arrière-fond messianique (le phénomène, la renaissance, étymologiques de l’épiphanie) et une lecture plus politique promise dès le tome 2. Pour le moment, on ne cerne pas trop où l’auteur veut en venir, mais il pousse assurément jusqu’au bout d’une trame non conventionnelle aboutie. Graphiquement, Debeurme respecte la griffe décalée qui a fait sa renommée : peu de décor, la plupart du temps des personnages en gros plan qui causent, des disproportions entre les grosses mains, les grosses têtes et les corps malingres (la part de « grotesque » volontaire), une colorisation en aplat avec des teintes délavées. Lui aussi non-conventionnel (c’est une manie…), son découpage de cases en gaufrier sépare juste les cases par des traits noirs, et non des gouttières blanches comme à l’accoutumée. Ce récit post-apo reste à être creusé dans un tome 2, à condition que la fin du monde ne soit pas intervenue entre temps…

voir la fiche officielle ISBN 9782203112186