parution 01 mai 2006  éditeur Casterman  collection Ligne d’Horizons
 Public ado / adulte  Thème Historique, Horreur

Helldorado T1

Santa Maladria

Des conquistadors espagnols tentent de confiner une maladie mortelle sur une île indigène, massacres à l'appui. Des débuts réalistes, captivants et magnifiques... encore signés Morvan !


 Helldorado T1 : Santa Maladria (0), bd chez Casterman de Miroslav Dragan, Morvan, Noé
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2006

L'histoire :

Au XVIIe siècle, sur une île équatoriale habitée par une peuplade amérindienne, un village s’éveille paisiblement avec les premières lueurs de l’aube. A peine sortis de leurs huttes, les indigènes sont accueillis par les faciès patibulaires de conquistadors en armes. C’est un véritable carnage. Favorisée par la puissance de feu de leurs arquebuses, l’armée des matadors pourfend, étripe, viole, et entasse les indiens Syyanas, vivants ou morts, dans un fossé auquel elle boute le feu. La nuit suivante, alors que les agresseurs se sont retirés et que les cadavres sont encore fumants, deux adolescents indigènes osent sortir du bois. Maintenant que les villageois ont été exterminés, l’intrépide Dathcino et le bedonnant Hatatsu tiennent une sorte de revanche sur le village dont ils ont été exclus. Ils pillent les garde-mangers, s’amusent et se remplissent la panse. Le lendemain, ils sont réveillés par le sorcier du village voisin et ses hommes. Rapidement capturés, ils sont emmenés pour être jugés de leurs actes de pillages. Leur sentence est peut-être pire que la mort : il s’agit pour eux de s’occuper de malades atteint d’une répugnante maladie, très contagieuse…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Hormis un choix de dialogues résolument contemporain, ce premier volume est historiquement assez réaliste. Avec les découvertes des premières grandes explorations, l’humanité a aussi importé et exporté de nouvelles maladies d’un continent à l’autre. Partant de cette problématique, ce premier épisode se concentre sur la nécessité absolue pour les espagnols de confiner un fléau sur une île, quitte à en décimer la population sans le moindre scrupule. La scène d’ouverture, muette et saisissante de cruauté, semble tout d’abord donner le beau (et pathétique) rôle aux indiens. Mais le récit évite de sombrer dans le manichéisme, en mettant en parallèle la rudesse des coutumes indigènes, sacrifices humains à la clé. La violente rivalité entre les tribus, soudainement unifiées par la nécessité de combattre un même ennemi venu d’ailleurs, est également un autre aspect véridique de la colonisation espagnole. Au-delà de la reconstitution historique, Morvan orchestre une fiction enthousiasmante, accordant une véritable profondeur psychologique à ses héros. Tempérament revanchard pour le capitan espagnol, histoire d’amitié entre les deux jeunes indiens. Mais le véritable protagoniste du récit semble bien être la maladie, fulgurante et immonde… Bref, on retrouve la patte experte du prolifique scénariste Jean-David Morvan, pour sa première incursion dans le catalogue Casterman. Cette fois associé au scénariste Miroslav Dragan (la Guilde), Morvan réitère sa collaboration avec Ignacio Noé, qui avait déjà dessiné une historiette des Chroniques de Sillage. Sur un superbe crayonné prouvant une énorme maîtrise artistique, Ignacio Noé applique une colorisation numérique peut-être un ton décalée, mais originale. Les conquistadors évoluent dans des tonalités carmins et grises, tandis que la jungle amazonienne et les indiens « emplumés » bénéficient d’une palette de couleurs plus large et osée à la fois (cf la traversée de la jungle, p.19). Une mise en bouche fort séduisante…

ISBN 9782203393073