parution 25 mars 2015  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Anticipation

Le Reste du monde T1

Une petite famille tente de survivre après avoir survécu à un séisme monstre dans les Pyrénées. Un récit apocalyptique plausible, à l’échelle humaine : réaliste et angoissant.


Le Reste du monde T1, bd chez Casterman de Chauzy
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Yellow Star Yellow Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2015

L'histoire :

Au terme d’un mois d’août estival passé avec ses deux fils dans un chalet des Pyrénées, Marie reconduit ses ados jusqu’au village de Cazeaux. Depuis un mois, elle rumine sans trop le montrer le coup pendable que lui a fait son mari : il s’est barré avec une autre fille, plus jeune qu’elle. Sur la route escarpée, la voiture de la petite famille manque d’emboutir un groupe de cervidés en plein galop. Etrange. A Cazeaux, Marie confie Hugo et Jules à des amis, puis elle remonte faire le ménage et le rangement qu’elle s’était programmé. Durant la remontée, c’est un troupeau de vache qui dévale la pente juste devant son parechoc ! Il semble qu’un gros orage se prépare, qui affole les bêtes. Tandis qu’elle s’affaire aux tâches ménagères, Marie appelle sa meilleure amie pour vider son sac. Le réseau de téléphonie mobile tombe alors en panne. Les mouches deviennent pénibles. Le ciel s’assombrit jusqu’à devenir d’un noir d’encre très inquiétant. Marie a à peine le temps de rentrer le linge, que l’apocalypse se déchaîne. Un déluge d’eau. Des éclairs partout. Une tempête monstrueuse. Le courant se coupe. Et au comble du déchainement des éléments, un tremblement de terre secoue la montagne, renverse toutes les étagères, fend les murs. Marie est assommée par une poutre. Quand elle revient à elle, la nature s’est calmée, mais le paysage est chaotique, le chalet en ruines. Une seule idée en tête : retrouver ses garçons.

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Après de nombreux albums d’humour, ou de chroniques sociales parfois teintées de polar, Jean-Christophe Chauzy change de registre pour le récit catastrophe. Pour point de départ, pas d’invasion extraterrestre ou d’immeuble en flamme : juste un orage monstre doublé d’un séisme de très forte magnitude. Pour point de vue narratif, nul déchaînement médiatique ou militaire : juste une mère de famille « normale », c’est-à-dire occupée par sa lessive, son couple vacillant et ses gamins. C’est à travers le regard de cette héroïne ordinaire que le lecteur se confronte, à chaque page, à la catastrophe. La route est effondrée ? Il faut continuer à pied. Le village est coupé du monde ? Il va bien falloir subsister. Chauzy n’abuse pas de dialogues inutiles : quand il se déchaîne, le grand-spectacle de la nature est bien suffisamment éloquent. Parallèlement, quand il est acculé, l’humain cède à la sauvagerie ultime, aux réflexes primaires de subsistance. Tout cela est parfaitement crédible, selon un déroulé d’évènements à l’échelle locale et humaine, et nous prend néanmoins aux tripes. Chauzy prouve qu’on peut faire dans le grand frisson post-apocalyptique sans recourir aux zombies. Graphiquement, c’est aussi admirablement géré par un Chauzy toujours très talentueux en couleurs directes. Calmes, ses paysages sont majestueux. Déchaînée au sein de grandes cases, la nature est oppressante, les ravages nous scotchent au confort douillet de notre fauteuil. Une seule petite critique : au terme des 108 planches d’une belle intensité, les deux mots « à suivre » nous abandonnent sans avoir prévenu, dans l’attente du dénouement. Mais bon-dieu-de-bois, qu’est-il donc arrivé au Reste du monde ?

voir la fiche officielle ISBN 9782203087415