parution 12 février 2014  éditeur Casterman  Public ado / adulte  Thème Politique, Roman graphique

Ni dieu ni maître

Blanqui raconte à un journaliste son engagement politique, qui l’a amené à se battre sans arrêt et à croupir en prison. Une biographie historique passionnante pour un « Che Guevara » français méconnu.


Ni dieu ni maître, bd chez Casterman de Le Roy, Renart
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Yellow Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2014

L'histoire :

14 mai 1871. Alors que la Commune fait rage sur les barricades de Paris, les émeutiers ont sélectionné pas moins de 74 otages dans leur propre rang. Leur but : les échanger contre le leader engagé Louis Auguste Blanqui, emprisonné par l’état. Monsieur Flotte représente les révoltés et il a un entretien avec le président Adolphe Thiers. Ce dernier reste inflexible : il ne libèrera pas Blanqui. Flotte rappelle que les émeutiers peuvent aller jusqu’à massacrer les otages, dont l’archevêque de Paris, si nécessaire. Mais Thiers ne veut rien savoir. Par sécurité, Blanqui est transféré de la prison de Cahors au fort du Mont Saint-Michel. Son procès a lieu en février 1872 et il est sans appel : le dissident est condamné pour ses idées politiques et anarchistes et reste en prison. La vie est longue quand on est enfermé. Blanqui s’occupe simplement, entre les tâches quotidiennes et l’écriture. Un jour, un journaliste lui rend visite pour tenter de faire un article sur lui. Mais l’homme refuse car il déteste les « pisse-papiers ». Le journaliste revient malgré tout chaque semaine et annonce à Blanqui que son nom commence à être réhabilité un peu partout en France. Finalement, le vieil homme se laisse attendrir à force d’insistance et se décide à raconter son histoire. Pour lui, tout commence à La Rochelle en 1822. A l’époque, il assiste à une exécution d’hommes politiques, guillotinés en place publique. Depuis ce jour, Blanqui se jure de s’opposer au pouvoir en place et à toute forme de monarchie. Une lutte d’une vie…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Dans une période où l’on a beaucoup parlé de Nelson Mandela et de sa lutte pour la liberté, il est aussi bon d’évoquer le destin de Français un peu oubliés. Pourtant, Louis-Auguste Blanqui a tout d’un très grand : homme engagé et militant, il a passé presque toute sa vie en prison pour avoir voulu défendre ses idées jusqu’au bout. Socialiste radical, l’homme n’a cessé de crier sa révolte contre le système en place, les injustices et l’absence de liberté d’expression. Poussant plusieurs fois le peuple, il a même pris les armes pour renverser une monarchie, puis un empire. A chaque tentative d’insurrection, Blanqui a été emprisonné : pas moins de cinquante années de sa vie passées derrière les barreaux ! Le personnage vaut à lui seul le détour et les auteurs réhabilitent son image avec une biographie des plus passionnantes. Au cours de cette biographie bédessinée, Maximilien Le Roy offre une véritable compilation des moments importants de la vie mouvementée de ce révolutionnaire. Rien n’est mis de côté : de sa prise de l’Hôtel de Ville à la mort de sa femme, des écrits politiques à l’incarcération en Bretagne, des tentatives d’évasion à la grâce présidentielle… Dans des temps où les idées marxistes commençaient à émerger, Blanqui a soulevé les foules et a constamment payé le prix fort pour avoir osé se révolter contre l’ordre établi. L’auteur évoque même avec subtilité le fameux document Taschereau qui dénonce tous les révolutionnaires et que l’on a attribué à Blanqui. Sur ce point, on ne saura d’ailleurs jamais la vérité puisque Blanqui a lui-même rejeté toute part de responsabilité dans cette trahison. Le rythme se répète inlassablement, mimant bien le courage et la lutte perpétuelle de Blanqui : il ne recule devant rien et, dès qu’il est libéré, se bat de plus belle pour être à nouveau enfermé ! L’album est aussi une occasion de revoir les grandes pages de notre histoire, comme les sinistres événements de la Commune ou l’avènement de Clémenceau peu avant la Première Guerre Mondiale. Le dessin de Loïc Locatelli-Kournwky (alias Renart) est parfait pour représenter simplement un homme grand par l’engagement, mais modeste et humble de nature, se sacrifiant constamment pour le peuple. Son dessin épuré différencie habilement moments passés et présents, avec un jeu de couleurs différent. L’ouvrage est donc un excellent rappel et même s’il essentiellement didactique, il n’est jamais ennuyeux. Au contraire, le rythme est soutenu et ponctué par des extraits de discours forts et percutants prononcés par Blanqui. Une œuvre d’autant plus intéressante qu’elle interroge nos contemporains dans cette période de crise…

voir la fiche officielle ISBN 9782203051577