parution 01 mars 2006  éditeur Casterman  collection Ligne rouge
 Public ado / adulte  Thème Thriller, Anticipation

Renaissance T1

La disparition

Qu'avait donc découvert de si terrifiant une jeune et brillante généticienne pour être kidnappée ? Un thriller d'anticipation au visuel sombre et oppressant, adapté du film de Christian Volckman.


 Renaissance T1 : La disparition (0), bd chez Casterman de Newman, Renoult
  • Notre note Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • Scénario Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

  • dessin Yellow Star Yellow Star Grey Star Grey Star

    CHEF D'ŒUVRE   Green Star Green Star Green Star Green Star

    TRÈS BON   Green Star Green Star Green Star Dark Star

    BON   Green Star Green Star Dark Star Dark Star

    BOF. MOYEN   Green Star Dark Star Dark Star Dark Star

    BIDE   Dark Star Dark Star Dark Star Dark Star

©Casterman édition 2006

L'histoire :

Paris, une nuit de décembre 2054. Comme placardé dans le ciel noir de la capitale, sur la crête des immeubles haussmanniens, un bandeau publicitaire vidéo déchire le voile nocturne. Le visage d’une jeune femme aux seuls yeux ridés proclame : « avec Avalon, je suis belle et le resterai tout au long de la vie ». Au même moment, au club 71, Bislane vient trouver sa sœur cadette. Une dispute éclate et la plus jeune s’éclipse pour retrouver ses malades. Mais au parking, une désagréable surprise l’attend : son chien Illitch gît inanimé auprès de sa voiture. Alors que sa maîtresse se penche sur lui, un homme s’approche par derrière, dans l’ombre. D’une main, il muselle sa victime l’empêchant ainsi de crier et d’espérer tout secours… Au QG de la police, on gère par écran interposé une prise d’otage. L’agent spécial Karas, membre de la section K, provoque les ravisseurs armés qui menacent l’enfant, n’écoutant que son instinct. Dans la pénombre, la fusillade tourne à l’avantage du flic lorsque la nouvelle tombe : Ilona Tasuiev, brillante scientifique de 22 ans a été kidnappée alors qu’elle se rendait dans une clinique pour défavorisés. Pour Avalon et son directeur, Mr Dellenbach, s’attaquer à un employé c’est s’attaquer à l’entreprise toute entière…

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Adapter une œuvre cinématographique en BD n’est pas chose facile. Bien que 7e et 9e arts présentent beaucoup de similitudes, a minima tous deux visuels et séquencés (pensons aux rapprochements faciles entre storyboard, synopsis, raugh…), le rythme de narration n’est pas le même. L’absence d’ambiance sonore en BD impose peut-être encore une plus grande exigence graphique. L’information doit être comprise à la seule lecture (à défaut de l’être dès la première). A l’instar de l’ovni Sin city (film de Robert Rodriguez inspiré de l’univers noir de Frank Miller), Renaissance de Christian Volckman est souvent qualifié d’expérimental, parfois même de révolutionnaire. Expérimentale, sa transposition en BD l’est aussi. Julien Renoult propose en effet le Paris « labyrinthique complètement revisité » promis par la 4e de couverture. La nouveauté provient du « dessin » photographique, comme entièrement numérisé, assisté. Les différentes planches offrent le spectre d’une réalité noir et blanc nuancée de gris (et d’une touche de couleurs p.46). Au final, le résultat original et prometteur évoque un film réalisé en images de synthèse (ex. Final fantasy, les créatures de l’esprit). Néanmoins, en retour, la technique balbutiante a aussi ses limites : les personnages souffrent d’un réel manque d’expressivité et leurs traits se différencient insuffisamment. Par ailleurs, l’excellence de l’atmosphère oppressante pâtit d’une intrigue au goût de déjà vu. La mécanique dramatique semble bien huilée, le récit parfaitement construit, mais rien ne surprend jamais vraiment. Le traitement du thème consubstantiel à la SF, l’immortalité, reste convenu. En outre, trop d’ « acteurs » ne font que passer, renforçant un sentiment de frustration : ce bel objet manque de personnalité. Dommage car le plaisir de lecture est réel. Ainsi, ce théâtre d’ombres, anticipé à défaut d’être révolutionnaire, n’en demeure pas moins efficace et… précurseur ?

voir la fiche officielle ISBN 9782203392557